Dossiers › Focus

Rentrée universitaire au Cameroun, c’est parti pour l’année 2009/2010

les cours ont repris dans les différents campus du Cameroun

Yaoundé I et Soa à la traine
Je viens de terminer avec mes examens d’été, et je n’ai pas encore mes résultats, alors c’est sûr pour moi, la rentrée ce n’est pas pour aujourd’hui. C’est en ces termes que s’exprimait Francine Kouam, étudiante au niveau licence à l’université de Yaoundé I. dans cette université comme dans de nombreuses autre du pays l’administration vit au rythme du redémarrage des cours. Pourtant il n’y a véritablement rentrée que pour les nouveaux bacheliers, encore très excités à l’idée d’abandonner la tenue et de découvrir l’université. Dans les deux grandes universités de Yaoundé I et Yaoundé II- Soa, les opérations de préinscription vont de paire avec la clôture de la session de rattrapage. En fonction de sa situation, chaque étudiant aura et vivra sa rentrée universitaire. Les retards pris pour les sessions de rattrapage sont à la mesure de celui du démarrage habituel du début des cours. Une situation de tension pour les cadres d’appuis qui font l’objet de plusieurs sollicitations en même temps. Mais pour chaque institution universitaire, ses réalités.

N’gaoundéré toujours exemplaire
A N’gaoundéré dans la région de l’Adamaoua, les cours ont déjà débuté pour de nombreux étudiants. Une tradition dans cette institution qui a toujours été le modèle des universités d’Etat au Cameroun. Le recteur Paul Henri Avam Zolo a donné sa leçon inaugurale le 1er octobre dernier, pour marquer le début effectif des cours. Dans un point de presse donné deux jours plus tard, le recteur a annoncé que pour l’année qui débute, son institution va procéder au recrutement de 45 attachés de recherche (ATER), selon les recommandations de la dernière session du conseil d’administration de l’université en juillet dernier. Il a aussi annoncé le début des travaux de mise d’une clôture autour de l’université. Un projet un peu trop ambitieux selon des observateurs. L’université dont les travaux de construction des bâtiments académiques n’ont jamais été achevés, s’étend sur près de 50 Kilomètres carrés.

Dschang encore plus grand
Ils seront près de 20.000 étudiants qui fréquenteront l’université de Dschang pour cette année académique qui devrait ce lundi. L’administration de cette institution située dans la région de l’Ouest du Cameroun a choisi d’anticiper pour contenir l’afflux massif des étudiants, chaque année un peu plus nombreux. Par ailleurs, deux minis bus ont également été acquis pour faciliter le transport des étudiants. Ils viennent s’ajouter à ceux déjà existants. Les autorités universitaires ont aussi promis que le restaurant universitaire sera fonctionnel plus tôt que d’habitude. La rentrée académique 2009 – 2010 à l’université de Dschang sera aussi marquée par l’ouverture de l’Institut des Beaux Arts de Foumban (IBAF) et l’ouverture de la filière métier du bois, eau et environnement à l’antenne d’Ebolowa. En attendant les investissements progressifs, des locaux provisoires ont été affectés pour le démarrage effectif des cours. Dschang est l’une des rares universités d’Etat avec des antennes dans toutes les parties du pays.

Entrée université Yaoundé I
Journalducameroun.com)/n

Douala face à ses défis
A l’université de Douala c’est l’attente. Les autorités affirment à l’encontre de l’avis de biens d’étudiant que la situation s’est considérablement améliorée. Depuis cinq ans, nous avons multiplié par trois la capacité d’accueil. Donc, sous réserve des chantiers qui sont en cours notamment pour la faculté de Médecine et de Sciences pharmaceutiques, à la faculté de Génie industriel et l’Ecole normale d’enseignement supérieur de l’enseignement technique, nous pensons que les infrastructures dont nous disposons actuellement nous permettent de faire effectivement la rentrée dans les conditions minimales requises » affirme le recteur Bruno Bekollo Ebe. L’université a organisé récemment des journées d’orientation pour les nouveaux étudiants.

Maroua petit à petit
A Maroua dans l’extrême nord, l’Ecole Normale Supérieur (ENS) s’apprête à accueillir sa deuxième vague d’étudiants, en même temps que s’accélère les travaux de construction de l’université déjà crée. En plus de l’ENS, un deuxième établissement, l’Institut supérieur du Sahel (ISS) va prendre corps. Les tests de sélection pour l’entrée dans cet institut seront organisés très bientôt et les activités académiques devraient débuter en janvier 2010.

Entrée Essec, Douala
mboablog.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut