Personnalités › Success Story

Rigobert Song: «L’heure est venue de passer le témoin à une autre génération»

Le désormais ancien international camerounais a annoncé sa retraite internationale

Savoir quitter les choses
A 34 ans seulement, le capitaine légendaire du Cameroun raccroche. 137 sélections, 4 buts marqués avec le cameroun, 4 phases finales de coupe du monde (1994, 1998, 2002, 2010), 8 coupes d’Afrique des nations (de 1996 à 2010), dont deux remportées et une perdu, Rigobert Song est un joueur qui a marqué le plus plusieurs générations de joueurs camerounais.

J’ai le sentiment d’avoir tout donné avec les Lions indomptables. L’heure est venue de passer le témoin à une autre génération de footballeurs. Les hommes passent, la Nation demeure. Il faut savoir quitter les choses quand il le faut. Je me tiens à la disposition de mes successeurs pour partager mon expérience, s’ils me font la demande.
Rigobert Song

Sur sa responsabilité dans la contre-performance du cameroun lors de la dernière coupe du monde en Afrique du sud, Rigobert Song répond avec énergie. Il y a eu beaucoup de choses qui ont été dites sur moi. Vous croyez un instant qu’un père qui accouche son enfant, concourt à ce qu’il devienne quelqu’un, peut gâcher ce qu’il a bâti pendant longtemps? Tout ce qui a été dit est totalement faux. Je connais l’honneur et le respect. Je suis resté là où on m’a demandé de rester a-t-il déclaré.

Je pars de cette équipe avec fierté (…) et pense avoir accompli un devoir.
Rigobert Song

Logiquement, il devrait continuer à jouer au football dans son équipe actuelle du Trobzonspor en Turquie, mais on parle aussi d’une possibilité pour Rigobert Song de se consacrer à sa ligne de vêtement. Pour son bilan personnel au sein des lions, il a dit vouloir à travers cette conférence de presse présenter le regard qu’il a porté sur les 16 années passées avec les Lions. Années pendant lesquelles il a défendu les couleurs du Cameroun, flatté par l’honneur et mû par l’amour de la patrie. Pour certains observateurs, Rigobert Song Bahanag a voulu sortir avec fierté. Malgré un soutien populaire encore fort, le public garde plus de lui ses récentes erreurs en équipe nationale. Des erreurs qui ont coûté parfois le prix fort lors des matchs décisifs. Pour cela, il a remercié ses aînés qui lui ont « tracé le chemin ». Il fera ensuite une fleur au couple présidentiel, notamment Paul Biya pour avoir, à travers ses nombreux discours, invité la jeunesse camerounaise à plus de dynamisme, « un riche engrais » pour ses multiples conquêtes. Magnan (son surnom) pensera aussi à la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) ainsi que les supporters nombreux et anonymes qui ont su les accompagner pendant de nombreuses expéditions. Il a également « une pensée pour Marc Vivien Foe, son « frère d’armes ». « partenaire inconditionnel des Lions Indomptables ». Pas de regrets, a conclu l’ex-lion indomptable.

Rigobert Song
Journalducameroun.com)/n

Un héritage qui se nomme Song
Rigobert Song Bahanag est né le 1er juillet 1976 à Nkenglickock. Arrivé en Europe en 1994 pour le FC Metz, Song y reste quatre saisons, avant de faire plusieurs passages infructueux à Salerne, Liverpool, West Ham et Cologne. De retour en France, et plus précisément au RC Lens, il devient le leader de l’équipe, et se dévoile enfin au monde du football. En 2004, il part pour Galatasaray. Après quelques conflits avec Éric Gerets, il trouve une place de titulaire lors du départ de celui-ci. Après quatre saisons passées à Istanbul et deux titres de champion de Turquie glanés, Song part pour Trabzonspor, où il côtoie un ancien partenaire à Lens, Daouda Jabi. Sur le terrain Song marque par son coté engagé et sa rage de vaincre. Le public garde en souvenir son altercation avec un autre joueur emblématique, le gardien allemand Oliver Kahn, lors de la coupe du monde japonaise. De nombreux défenseurs ont fait l’expérience de son jeu intimidant, principalement les attaquant vedettes africains autre que les camerounais. Son père, Paul, est mort lorsqu’il était encore enfant. C’est selon lui ce qui l’a motivé à devenir footballeur, et à réussir une grande carrière dans ce domaine. Rigobert Song est marié à Esther, avec qui il a eu trois enfants (deux filles et un garçon), Yohanna Bernadette (née le 22 septembre 2002), Hillary Véronique Liliane (née le 13 septembre 2004) et Brian né en avril 2006. Il a également son plus grand fils, Ronny, issu de son premier mariage, et né en 1996, qui joue comme son papa. Au sens propre, Rigo s’en va mais a réussi à laisser aux lions un héritage. Son neveu Alexandre Song lui aussi joueur de caractère et de talent, et qui évolue dans le club anglais d’Arsenal.

Song Bahanack et un jeune fan, à Lienz en Autriche
Jean Jacques Ewong/Journalducameroun)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé