Sport › Football

Roger Milla: « nous voulons un football propre, avec des dirigeants propres »

Dans une interview accordée à un journal local, l’ambassadeur itinérant pose un regard sur l’impasse actuelle à la Fécafoot

La crise que traverse la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) depuis quelques temps est «provoquée par ceux qui veulent accaparer ce football, ceux qui veulent faire croire aux gens que les lois du Cameroun n’ont rien à voir avec le football camerounais, ceux qui veulent faire croire que l’argent du football camerounais n’appartient pas au Cameroun, ceux qui veulent faire croire aux gens que les footballeurs doivent être des mendiants dans ce pays», pense Roger Milla. Au cours d’une interview accordée au journal privé Le Jour, l’ambassadeur itinérant s’est exprimé sur la situation actuelle à la Fécafoot. Pour lui, le problème vient des dirigeants. «Nous voulons un football propre, avec des dirigeants propres, pour un bel avenir de ce football», a-t-il déclaré.

«C’est au gouvernement de continuer à gérer cette affaire», soutient l’ancien lion indomptable qui espère que le mandat du Comité de normalisation prorogé par la Fifa, qui expire ce vendredi 20 mars 2015, prendra effectivement fin. «Il faut que ce soit la Fifa elle-même qui les dégage (les membres actuels du comité de normalisation, ndlr), parce qu’ils ont fauté même contre les lois de la République», déclare Roger Milla. Ensuite? «Il faudra que le Cameroun mette en place un Comité provisoire pour gérer la fédération, en attendant de préparer les élections. On l’a déjà fait une ou deux fois ici au Cameroun; ça peut se faire une troisième. Pourvu que ce soit pour trouver des gens intègres, honnêtes, corrects, qui veulent vraiment travailler pour le pays», répond l’ex-footballeur.

Roger Milla n’écarte pas la possibilité de prendre les commandes de la Fécafoot. «S’il y a une opportunité qui se présente, pourquoi pas? Je suis un Camerounais fier de travailler pour mon pays. S’il y a cette possibilité, avec tous ceux qui vont m’entourer dans le travail, je la saisirai. Je ferai correctement mon travail comme je l’ai toujours fait», précise-t-il. D’une vue extérieure, il n’exclut pas non plus le fait qu’une femme puisse diriger la fédération. «Il y a des dames qui peuvent aussi être à la tête de la Fédération camerounaise de football. Il ne faut pas les négliger. Il y a dans le monde des femmes qui dirigent des fédérations. Je compte sur tout le monde pour arriver à ce changement radical à la Fécafoot».

Roger Milla
Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé