› Non classé

Rosalie Essindi : Pas envie de faire l'humour avec Essindi Mindja

Après le spectacle qu’elle a donné jeudi dernier au Ccf de Yaoundé, la veuve du célèbre humoriste rêve d’imposer son style

C’est quelque peu sceptique que jeudi dernier, le public s’est rendu au Centre culturel François Villon de Yaoundé où était annoncé un spectacle de Rosalie Essindi au cours d’une soirée baptisée  » Flagrant de rire ». On se demandait bien ce qu’elle comptait donner sur une scène comme celle-là. Jeudi, le 19 juin dernier, Rosalie Essindi, épouse du célèbre humoriste camerounais décédé en juillet 2005, s’est donc livrée aux critiques du public à l’occasion de ce spectacle organisé en prélude au festival Yaoundé fou rire qui se tiendra du 12 au 20 juillet dans la capitale camerounaise. Et bien que le coup d’essai n’ait pas, à proprement parler, été un coup de maître, son passage sur la scène du Centre culturel français de Yaoundé n’a pas laissé indifférent.

Quoi que la gestuelle ne soit pas encore totalement à point, c’est avec plaisir que l’on s’est laissé porter par la profondeur des textes  » demande de divorce  » et  » nourrir le monde  » rédigés par feu son mari. « J’ai préféré commencer par des textes de lui. Il avait déjà joué  » Demande de divorce  » mais pas  » nourrir le monde  » qui sont tous les deux des textes profonds. Le public doit cependant être rassuré : je rédige aussi des textes et je les lui présenterai pendant le festival Yaoundé fou rire qui est en préparation. »
C’est alors que son mari est interné à Paris que Rosalie Essindi se lance véritablement dans le théâtre en 2005. A cette occasion, des artistes décident d’organiser une soirée de soutien à Essindi Mindja alors interné à l’hôpital Saint-Louis. Rosalie Essindi monte sur scène et, avec Eshu, France Ngo Mbock et François Essindi, elle joue  » le Mvet, la guerre du fer « .  » C’était une expérience dans un contexte bien particulier mais c’est à cette période que j’ai compris que je pouvais faire du théâtre », confie-t-elle. Elle devra d’abord traverser la difficile épreuve du décès de celui avec qui elle était en ménage depuis 12 ans.

 » Du vivant de Essindi, je ne sentais pas ce besoin impérieux de faire de l’humour. C’est après que je me suis rendue compte que je m’étais déjà habituée à la famille des artistes et que je ne pouvais pas couper les ponts. C’est comme cela qu’est née ma motivation et cette envie de me retrouver sur scène », raconte l’humoriste. C’est dans cette mouvance que Rosalie Essindi décide de renouer avec les stages de formation qu’elle avait initiés dès 1999. Ces stages lui permettent de maîtriser son jeu et d’avoir une meilleure vision de la scène.
Seulement, précise-t-elle, il n’est pas question de s’identifier à son mari et d’être prise uniquement pour Mme Essindi. « Il était lui et je suis moi. Je ne viens pas sur scène juste parce que j’ai été son épouse. Je suis là parce que je pense que je peux apporter quelque chose de neuf à l’humour camerounais.

Il n’y a pas beaucoup de femme dans ce secteur et je pense que, avec Dovi Kendo, nous pouvons faire souffler un nouveau vent dans le milieu », révèle Rosalie que tout le monde a d’ailleurs du mal à appeler autrement que « Mme Essindi ».
Sur ce point, elle se veut plus précise :  » Je comprends cela mais je ne veux pas qu’on se dise que je le copie. C’est pour cette raison par exemple que j’essaie de différencier mon jeu au maximum du sien. Je sais très bien que dans le milieu de l’humour camerounais, Essindi Mindja était une référence. Si je le deviens un jour, ce ne sera pas mal. Il est vrai que je suis grandement influencée par lui pour l’avoir côtoyé pendant de si longues années. Même inconsciemment, je le serai mais je ne vais pas calquer mon travail sur ce qu’il faisait ». C’est donc avec un enthousiasme particulier qu’elle prépare ces derniers jours les spectacles qu’elle donnera entre le 12 et le 20 juillet prochain, à l’occasion du festival Yaoundé Fou rire. L’occasion également de tenter un fois encore, de s’affranchir de la trop présence de son défunt époux.

Rosalie Essindi

www.quotidienmutations.info)/n

À LA UNE
Retour en haut