› International

Rwanda: Commémoration du 15ème anniversaire du Génocide sur fond de discorde

Alors que va se commémorer le 15ème anniversaire du Génocide au Rwanda, les préparatifs coté officiel révèlent une provocation relative

Sans rentrer dans les méandres parfois complexes de l’histoire, on doit simplement noter que le génocide Rwandais tire ses causes dans l’évolution profonde de l’opinion publique belge à l’égard d’un régime qui était le pilier fondamental de son ancienne métropole. Le Rwanda indépendant définit son identité en niant le droit à l’existence de l’autre, en définissant comme étranger celui qui est son double intérieur (c’est-à-dire les Tutsi définis comme des étrangers tolérés et qui peuvent être tués sans que jamais les meurtriers soient inquiétés). Ce régime d’inspiration démo-chrétienne a produit les plus anciens réfugiés d’Afrique (une diaspora qui atteint 600 000 personnes en 1990) et voit se dresser contre lui à partir de 1987 le Front patriotique rwandais (FPR), né chez les exilés d’Ouganda, mais en rupture radicale avec les anciennes nostalgies monarchistes, sur la base d’une culture politique nationaliste. Des organisations de défense des droits de l’homme notoires estiment que les théories qui contestent la préparation du génocide relèvent de la négation de nombreux faits constatés et de nombreux témoignages. Par exemple l’organisation Avocats sans frontières Belgique tient la préparation pour établie. Des documents et témoignages commentés au cours du procès avec leurs auteurs parlent de « plan d’extermination », du rôle de la Radio des Mille Collines et des postes de radio distribués dans la population avant l’attentat, de la consigne de ne pas oublier le poste de radio quand on va sur les barrières, etc. quoiqu’il en soit, les faits les plus proches de ce grand massacre débutent le 1er octobre 1990, avec des Rwandais exilés et regroupés au sein du FPR (Front patriotique rwandais) qui décidèrent de revenir au pays à partir de l’Ouganda et de prendre le pouvoir par les armes. En réponse, les autorités rwandaises majoritairement Hutu menèrent une double stratégie : se défendre avec l’armée contre l’agression militaire du FPR et « liquider » tous les Tutsi de l’intérieur du Rwanda. Les autorités rwandaises perdirent la guerre civile au profit du FPR et par contre atteignirent leur objectif génocidaire contre les Tutsi. L’ONU estime que quelques 800 000 Rwandais, en majorité Tutsi, ont trouvé la mort durant ces trois mois. Ceux qui parmi les Hutu se sont montrés solidaires des Tutsi ont été tués comme traîtres à la cause hutu. D’une durée de cent jours, ce fut le génocide le plus rapide de l’histoire et celui de plus grande ampleur en termes de nombre de morts par jours.

Le Rwanda a toujours exprimé le souhait de juger tous les auteurs du génocide. La justice rwandaise étant complètement détruite en juillet 1994, le Rwanda a demandé aussitôt de l’aide à la communauté internationale pour reconstruire l’appareil judiciaire. En réponse l’ONU a crée le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Seul le Rwanda a voté contre cette création qui ne correspondait pas à sa demande. Cela fait qu’aujourd’hui, le Rwanda est comme un volcan endormi, la paix n’ayant pas été vraiment faite entre tous les protagonistes. Cela déteint sur les projets de préparation pour les festivités de la commémoration. Selon que l’on soit hutu ou tutsi, selon que l’on soit au Rwanda ou en exil, selon que l’on soit jeune ou plus âgé, selon que l’on commence sa commémoration le 06 avril ou le 07(le 06 pour les Hutus, jour de l’attentat mortel contre l’avion du président Habyarimana, le O7 jour du début du massacre Tutsis) selon que l’on soit pro-FPR ou dans l’opposition, bref, selon le vécu de chacun, la commémoration aura une signification spécifique.


télérama.d)/n

Au plan officiel, la quinzième commémoration est marquée par une semaine de mémoire, du 7 au 13 avril 2009. Mais il y a comme un fond de provocation. Tout d’abord officiellement on ne parle pas de génocide Rwandais, mais plutôt de commémoration du génocide contre les Tutsis du Rwanda qui fut une tragédie pour le Rwanda et pour toute l’humanité. Un commentateur disait à ce propos qu’à Kigali (capital du Rwanda), durant les festivités, le pouvoir militaire du FPR va certainement sortir les grands moyens pour rappeler leur victoire militaire de 1994. Ce qui n’ira pas sans déplaire aux nombreux Hutus de l’opposition locale ou de la diaspora. D’un autre coté, le gouvernement pro FPR a choisi que la commémoration ait lieu, au niveau national à Nyanza-Kicukiro un quartier de Kigali et un lieu plein de symboles. En effet, il a souvent été rapporté qu’en avril 1994 alors que des milliers de personnes réfugiés étaient encerclés de toute part par des tueurs et ont cherché protection auprès de la force de maintien de la paix des Nations Unies, basée alors à l’E.T.O, une école secondaire non loin de Nyanza-Kicukiro, la force onusienne s’est retirée, laissant les victimes affronter leur massacre.
Des milliers de victimes auraient ensuite été conduites à Nyanza-Kicukiro, une déchetterie de la ville de Kigali avant 1994, pour y être tuées. Pour les tueurs les Tutsi étaient considérés comme des déchets. Nyanza-Kicukiro, aujourd’hui un mémorial, abritera désormais le siège d’IBUKA (Se rappeler), une association des rescapés du génocide. Le site de Nyanza-Kicukiro est le symbole d’un échec international au Rwanda.

Par ailleurs une conférence internationale sur le génocide aura lieu du 4 au 6 avril 2009 à Kigali. Il portera sur la mémoire du génocide et la lutte contre l’idéologie du génocide, le négationnisme et le révisionnisme. D’autres actions sont prévues comme l’Allumage d’une Bougie de l’Espoir le soir de la commémoration, le 7 avril pour représenter un don fait en faveur des rescapés avant le mois d’avril. Des personnes à travers le monde pourront continuer, après le mois d’avril à envoyer et à consulter leurs messages sur le site Internet du Projet des messages de l’espoir. L’Envoi d’un Dollar Campain: une campagne d’envoi d’un dollar en faveur des rescapés sera menée pendant les cent (100) jours et continuera après. En marge des cérémonies officielles, on pourra avoir Au Congo, dans le Kivu, des milliers de réfugiés rwandais qui vont se rendre compte qu’ils viennent de passer 15 ans toujours dans la forêt … Ailleurs, la communauté internationale mènera des actions selon l’influence des personnalités pro-Kagamé, pro-Kigali. En Belgique, on s’attend aux classiques films et documentaires sur le génocide. Durant cette période de commémoration. Des manifestations et des conférences des réfugiés rwandais, de l’opposition et des rescapés d’Ibuka sont prévues. La presse va couvrir les événements marquant cette 15ème commémoration du génocide rwandais. Toute la question est de savoir si chaque rwandais de Belgique s’y retrouvera ou bien si certains rwandais seront stigmatisés parce qu’ils commémorent le 06 avril (en relation avec l’attentat déclencheur) alors que d’autres font la commémoration le 07.

Crânes
rue89.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut