› International

Rwanda: les verts devront financer leur campagne sans aide

Le Parti démocratique vert devra se débrouiller pour financer sa campagne prochaine pour son «non» à la réforme de la Constitution

Le Parti démocratique vert devra se débrouiller pour financer sa campagne pour le «non» à la réforme de la Constitution. La Commission électorale a estimé que ce n’était pas son rôle de soutenir les campagnes des partis politiques et a jugé les accusations du petit parti d’opposition non fondées. Le Parti démocratique vert avait accusé lundi les parlementaires rwandais d’avoir, sous couvert de «consultations populaires», fait campagne en faveur d’un troisième mandat pour Paul Kagame et ce, avec l’argent de l’Etat. Le Parti vert demandait donc à la Commission électorale de financer sa campagne.

Une fois un éventuel référendum annoncé, le Parti démocratique vert pourra faire campagne tout comme les autres partis politiques. C’est en substance le message du secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale.

Toutefois, en aucun cas la Commission ne financera le petit parti d’opposition. Ce n’est pas son rôle affirme son secrétaire exécutif Charles Munyaneza, qui de surcroît estime que les accusations du Parti démocratique vert ne tiennent pas la route.

«Je ne sais pas d’où ils tirent ces informations, tout le monde sait comment le processus s’est déroulé. Tout d’abord il y a eu des pétitions envoyées spontanément par la population. Ce que les parlementaires ont fait, c’est consulter la population à partir du contenu de ces pétitions. Donc s’ils disent ça, je pense que ce n’est pas correct», rétorque Charles Munyaneza.

Le Parti démocratique vert avait également dénoncé lundi 19 octobre des pressions d’autorités locales à l’encontre de ses militants dans certains districts du pays. Frank Habineza, son président assure s’être plaint aux autorités. «Le Parti vert ne s’est jamais plaint auprès de nous», a réagi Ladislas Ngendahimana, porte-parole du ministère de l’Administration locale. «Faire de la politique, a-t-il accusé, ne revient pas à proférer des mensonges pour gagner des points de popularité»

Les Etats-Unis insistent sur le respect de la Constitution
La sous-secrétaire d’Etat américaine, Sarah Sewall, a dénoncé toute tentative de se maintenir au pouvoir et condamné les tentations de plusieurs chefs d’Etat de la région des Grands Lacs. Et pour le Rwanda, où une réforme de la Constitution est en cours pour permettre à Paul Kagamé de briguer un 3e mandat en 2017, le mot d’ordre pour les Américains reste le même: il faut respecter les Constitutions.

Parlement rwandais.
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé