› Eco et Business

La SABC renforce sa présence sur le segment des boissons à emballage plastique

L’entreprise a acquis une nouvelle chaîne d’embouteillage de bouteilles plastiques dans une de ses usines de la ville de Douala.

La Société anonyme des brasseries du Cameroun (Sabc) s’est dotée d’une nouvelle arme pour mener la guerre des boissons gazeuses qui anime le marché camerounais ces dernières années. L’entreprise vient, en effet, d’annoncer l’acquisition d’une nouvelle chaîne d’embouteillage PET à l’usine de Koumassi. Son inauguration s’est déroulée le 09 mai dernier, en présence du préfet du Wouri, du délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, du président du Gicam, ainsi que du personnel du Groupe SABC.

Selon des chiffres communiqués par l’entreprise, cette chaîne a coûté la somme de 4 milliards de francs CFA. Son acquisition rentre dans un plan stratégique d’investissements de 45 milliards de francs CFA en 2017, qui vise notamment à renforcer la présence des Brasseries du Cameroun sur le segment des boissons gazeuses à emballages plastiques.

Dans cette perspective, la Sabc s’est également dotée d’une chaîne d’emballage Pet dans son usine de Bafoussam, et a procédé à un achat massif d’emballages afin de prévenir toute rupture de stock. « La ligne que nous inaugurons aujourd’hui est la garantie que le groupe SABC restera un écosystème industriel performant, rentable, moderne et citoyen », a assuré Emmanuel de Tailly, le directeur général de l’entreprise.

En rappel, le marché des boissons gazeuses a connu un tournant au Cameroun en 2011, avec le retour de Source du pays. Reprise par le libanais Nessrallah El-Sahely, cette entreprise a misé sur les bouteilles plastiques, plus faciles à manier et à transporter que celles en verre, et a sérieusement grignoté les parts de marché du leader de l’industrie brassicole camerounaise, au point de se hisser au deuxième rang national avec 30,7% en 2014.

En 2016, la Sabc a vendu 2.660.271 hl de boissons gazeuses, contre 785.000 hl pour Source du pays, son challenger.

À LA UNE
Retour en haut