SociétéFaits divers , Société




Saisie d’ivoire d’éléphants à l’aéroport CDG en provenance du Cameroun

Le colis présenté comme un trophée de chasse à destination d'un particulier français était en zone de fret Les agents…

Le colis présenté comme un trophée de chasse à destination d’un particulier français était en zone de fret

Les agents des douanes de Roissy ont saisi deux défenses de 21,5 kg, ainsi que deux pieds et une queue d’éléphant. Il s’agit de l’espèce « Loxondonta Africana », inscrite à l’annexe I de la Convention de Washington, relative à la protection des espèces de faune et de flore menacées d’extinction.
Direction interrégionale des douanes de Roissy

Le colis, en provenance du Cameroun en zone de fret, était destiné à un particulier français. Ces ivoires et restes d’éléphants ont été présentés comme des trophées de chasse. mais comme le rappelle le communiqué, elles violent la Convention de Washington sur les espèces menacées d’extinction Le commerce de ce type de produits est très réglementé et nécessite la production d’un certificat CITES. Les deux défenses ne comportaient pas de gravure extérieure permettant de confirmer la légalité et l’origine des marchandises, précise le communiqué.

Le service presse de la Direction Interrégionale des douanes de Roissy affirme que la saisie réalisée jeudi provenait du Cameroun mais un doute subsiste sur l’origine. Nous sommes sûrs de la provenance, mais les marchandises saisies ne correspondent pas à ce qu’on trouve au Cameroun et nous pensons que le Cameroun a servi de transit à une marchandise venue d’un pays frontalier. Les sanctions prévues dans ce type de délit vont du simple rappel à la loi à des amendes dont le montant peut valoir jusqu’à deux fois le prix total des objets saisis. La saisie étant le premier pallier de sanction. Pas de peines d’emprisonnement prévues, sauf s’il s’agit d’un réseau de pillage organisé des richesses et manifestement, ce n’est pas le cas. Mais une enquête judiciaire devra déterminer avec certitude tous ces éléments.

Douaniers français lors de la saisie
www.douane.gouv.fr)/n