Sport › Football

Samuel Eto’o: «Nous sollicitons l’entregent du gouvernement»

Interrogé dans un média camerounais sur le problème des primes, le capitaine des Lions indomptables accuse la Fecafoot

Dans un entretien publié ce mardi 27 mai 2014 par le quotidien privé camerounais Le Jour, et présenté comme une « exclusivité », même si elle a été réalisée avant le match amical d’hier face à la Macédoine et qu’elle s’apparente par ailleurs à une interview publiée par le site mboafootball le week-end, le capitaine des Lions indomptables revient sur la question des primes qui diviserait les joueurs et la fédération camerounaise de Football (Fecafoot).

« Pour moi et mes coéquipiers, l’équipe nationale n’est pas une question d’argent. Nous sommes même pour la plupart d’entre nous prêts à faire don de nos primes aux associations caritatives », prétend Samuel Eto’o qui assure que : « Notre préoccupation concerne la manière dont les dirigeants de la Fecafoot (Fédératiion camerounaise de football, ndlr) gèrent les ressources financières de notre football ».

De nombreux journaux ont révélé, ces derniers jours, qu’un problème de primes règnerait au sein des Lions indomptables en stage de préparation en Autriche avant le mondial brésilien. Les coéquipiers de Samuel Eto’o auraient exigé une prime de 150 millions de F CFA pour chaque joueur, 30 millions de primes de victoires au premier tour, la prise en charge complète de trois membres des familles de chaque joueur, etc. Sur les deux premiers points, le capitaine des Lions indomptables a botté en touche estimant que ce sont des informations qui visent « à déstabiliser le groupe ». Sur la question de la prise en charge des familles des joueurs, Eto’o s’est voulu plus disert : « Si les responsables de la Fecafoot se permettent d’amener au Brésil leurs familles, leurs petites amies, leurs chauffeurs et leurs chefs de village, pourquoi pas les membres des familles des joueurs qui sont les premiers acteurs ? »

«L’argent des joueurs»
Un problème existe effectivement si on suit les autres éléments fournis par le capitaine des Lions, qui n’a pas pris part hier à la rencontre amicale Cameroun-Macédoine qui s’est soldée par la victoire des Lions 2-0. « Comme vous le savez, plus de 90% des fonds récoltés par notre fédération sont générés par les Lions indomptables », commente-t-il, avant de poursuivre : « Ces fonds sont censés être utilisés pour le développement de notre football et pour récompenser les joueurs qui fournissent les performances sur le terrain. Malheureusement, nous n’avons aucune visibilité sur la destination de ces ressources qui sont utilisées par les dirigeants à leur guise. Nous réclamons la transparence sur la gestion de l’argent que nous avons généré. Nous voulons savoir ce que sont devenus les 500 mille euros (environ 330 millions de F CFA) de prime de qualification versés par Puma depuis six mois déjà. Sans oublier l’argent payé par les tops sponsors locaux. Nous voulons également savoir quelle est notre quote-part sur les primes perçues par la FIFA. Comme vous le constatez, le gouvernement n’est pas directement concerné. Par contre, nous sollicitons l’entregent du gouvernement pour obliger les dirigeants de notre fédération à nous payer notre dû ».

Avec ces revendications des joueurs, on se rend compte que les Lions indomptables du Cameroun ont vraiment du mal avec leur fédération de football.

Ce n’est pas la première plainte de cette nature. En novembre 2013 déjà, les Lions indomptables avaient entamé une grève au Maroc dans le cadre d’un tournoi amical Lg Cup Africa, revendiquant le paiement de leurs primes de présence. En décembre 2013, Samuel Eto’o, avait écopé de sept matches de suspension au sein de l’Equipe nationale comme chef de file des frondeurs par la commission de discipline de la Fecafoot. Visiblement, le capitaine des Lions veut encore remettre ça.

Samuel Eto’o Fils, le capitaine des Lions indomptables
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé