› Eco et Business

Samuel Nono: «Nous sommes stupéfaits d’être accusés de menteurs»

Le promoteur de TSI, candidate non retenue pour la troisième licence de téléphonie mobile au Cameroun revient sur les éclairages du ministre des postes

Présentez-nous l’entreprise Technologie et Système d’Information
TSI est une société camerounaise crée le 25 mai 2011 à Douala, dont l’actionnaire majoritaire est Evol Telecom, société de droit américain et un actionnaire camerounais Masters Transactions minoritaire. Cette société a été crée en vue de l’obtention de la 3ème Licence GSM du Cameroun.

Comment êtes vous informés de l’appel d’offre sur la téléphonie au Cameroun?
Nous ferons une genèse de ce projet. Nous avions rencontré le Minpostel en son temps afin de pouvoir présenter un opérateur téléphonique et de permettre une véritable concurrence dans ce secteur au Cameroun. De multiples démarches ont été faites et en juin/juillet 2011, nous avions adressé une correspondance au Minpostel. Sa réponse nous a été adressée dans un courrier de juillet 2011 nous demandant d’entrer en contact avec le cabinet MAAS, son conseil. Nous l’avions fait et nous avions à cette époque, envoyé les documents qui nous avaient été demandés. S’en sont suivis des épisodes jusqu’à l’avis à manifestation d’intérêt de mai 2012.

Selon le ministère des postes, votre entreprise ne possède pas le capital minimum requis pour le projet de téléphonie (100 milliards FCFA). On y affirme que vous avez un capital de 50 millions de FCFA et ils comprennent mal comment vous pourriez apporter des investissements de 350 milliards, que répondez-vous à cela?
Le modèle économique que nous avons présenté dans ce projet met en avant deux choses : Notre partenaire financier OCTANT CAPITAL (nous avons un contrat de partenariat). Notre partenaire technique KT qui a un contrat de partenariat avec KT (Olleh). Je tiens à préciser que ce schéma est celui qui a toujours prévalu et qui a été présenté depuis que nous cherchons à être opérateur téléphonique au Cameroun. Le budget global d’investissement a été présenté par Octant Capital et nous l’avons soumis comme tel. Ceci a préalablement été validé entre Octant Capital et KT (Olleh). Sinon, comment aurions-nous pu présenter une proposition financière si nous n’avions pas reçu l’accord d’Octant Capital ?

Un communiqué du ministre indique aussi que vous avez rapporté des informations mensongères dans votre offre en prétendant être partenaire de Korean Telecom, qu’en est-il exactement?
Nous avons été stupéfaits par cette information. Je crois qu’il aurait été plus judicieux que le Minpostel donnât plus d’information sur ce qu’il qualifie « informations mensongères ». De quoi s’agit-il ? Au moment où je vous réponds, je ne sais de quoi il s’agit. Si on fait référence à la lettre de l’ambassade de Corée, je dirai simplement que c’est consécutif à une question précise qui a été posée. Mais au fait, d’où vient cette question et pourquoi cette question ? Avons-nous présenté un document dans ce Dossier d’Appel d’Offre qui a fait l’objet d’une remise en cause par le ministère ? Si oui, qu’on nous le présente.

Vous affirmez n’avoir jamais indiqué au ministère que vous étiez partenaire de KT, qu’est ce qui selon vous l’a emmené à croire cela ? Surtout que tout le monde au Cameroun savait que KT participait à l’appel d’offre?
Je ne saurai répondre à la place de Mr le Ministre. Mais je tiens à dire que les prémisses de cette question datent de 2011. Ce qui a fait écrire par KT (Olleh) une lettre à Mr le Ministre donnant des précisions. Je la tiens à votre disposition. D’où vient-il que le mot partenaire soit synonyme de contrat ? Je le redis, notre partenaire financier est Octant Capital et notre partenaire technique est KT qui a un contrat avec OCTANT. MAAS et le MINPOSTEL en sont pleinement informés.

Est ce qu’à un moment ou à un autre on vous a fait savoir que votre dossier contenait des propos mensongers?
A aucun moment nous en avons été informés. C’est assez curieux quand on sait que « ces propos mensongers » sont connus du MINPOSTEL depuis le 17 septembre dernier. Je m’interroge et j’aimerai bien comprendre. Déjà lorsque je retire mon dossier d’appel d’offre le 19 septembre, personne ne me dit rien. Je précise aussi que nous avons été contactés par le cabinet MAAS qui s’occupait de l’examen qualitatif des offres. Ce cabinet nous indiquait que la conférence des investisseurs du 10 octobre de Yaoundé était délocalisée à Paris et qu’on devait rencontrer les investisseurs individuellement. Je n’ai pas pu m’y rendre pour des raisons personnelles, néanmoins, nous avons eu des échanges téléphoniques avec MAAS et à aucun moment on ne nous a informés de ce que notre offre comportait des éléments mensongers. Ce n’est que lorsque notre recours est déposé qu’on nous en parle. C’est important de le relever.

Vous avez déposé un recours contre l’adjudication, où en est aujourd’hui la procédure?
Le recours a été déposé le 13 décembre dernier. Nous attendons toujours la suite et notre conseil, Me Assamba Claude suit ce dossier. Je ne peux pas communiquer sur un recours qui est en cours.

Avez-vous discuté avec l’expert qui a accompagné le gouvernement MAAS Telecom, et qu’est ce qu’ils vous a dit?
Depuis la connaissance du motif de notre élimination, nous n’avons pas discuté avec l’expert MAAS. Je ne sais pas si cela en vaut la peine mais je dirai simplement que pour TSI et OCTANT CAPITAL, ce qui importe, c’est de présenter la vérité dans le déroulement des évènements. J’aimerai aussi savoir pourquoi MAAS, lors de nos échanges, ne nous a pas informés de ce courrier ministériel ! Nous nous posons beaucoup de questions et pour l’instant, nous n’avons aucune réponse.

Dans les circonstances actuelles, jusqu’où êtes-vous prêts à aller?
Nous irons jusqu’au bout de ce que nous offre la procédure et nous donnerons les infos que nous avons transmises dans ce dossier afin qu’on comprenne ce qui s’est joué. La suite ? Octant Capital et TSI le détermineront. Ce n’est pas une affaire Samuel Nono face au Minpostel, je n’ai rien de personnel, mais une affaire TSI/ Octant et KT(Olleh). C’est important de le comprendre. On parle de TSI et son capital, mais au fait, le capital de Viettel Sarl lui permettait d’être opérateur? Notre modèle économique est viable et nous avons fourni tous les éléments.

Samuel Nono, promoteur de l’entreprise Technologie et Système d’Information
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé