Sport › Autres sports

Sanction: Aiba inflige un KO à la Fecafoxe

L’Association international de boxe amateur ne reconnait pas le nouveau bureau élu de la Fecaboxe. Conséquence, le Cameroun peine a organisé une compétition de la zone III

Le 14 mars dernier, l’Association internationale de la boxe amateur (Aiba), l’instance faîtière du noble art sur le plan international à laquelle est affiliée la Fécaboxe et dont le siège est à Lausanne en Suisse, a adressé une correspondance au Secrétaire Général du ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep). D’un ton ferme, l’Aiba a sanctionne la Fecaboxe, à cause de l’ingérence du Minsep dans le choix des candidats et l’organisation du processus électoral. Pour traduire ses menaces en exécution, le président de la Confédération africaine de boxe, Dr Abdallah Bessalem, dans une correspondance avec ampliation à l’Aiba, vient de reporter depuis samedi dernier à une date ultérieur, l’organisation du championnat de la zone III que devait organiser la Fecaboxe.

Il faut dire qu’au lendemain du processus électoral qui a porté Justin Tchwem à la Présidence de la Fecaboxe, la réponse de l’Aiba ne s’est pas fait attendre. Le 5 avril dernier, Patricia Steulet directeur es relations extérieures de l’Aiba va signifier au Président de la Confédération africaine de boxe (Cab), leur « non reconnaissance des élections qui se sont apparemment tenues dernièrement à la Fédération Camerounaise de boxe et qui ont été organisées sans l’aval de l’Aiba et contrairement à tous les principes d’autonomie des fédérations nationales et contre nos statuts/ règlements », martelait la missive. Dans cette sorte d’imbroglio électoral, l’Aiba remet un direct au nouveau président en laissant entendre à la Cab que « M. Justin Tchwem n’est pas le président reconnu par l’Aiba et le seul fait d’avoir inclue M. Jean-Marie Akono Ze dans la composition de l’exécutif de la Fédération est une immense erreur car il n’est pas éligible selon nos règlements », réplique Patricia Steulet. Surtout aussi que, la candidature de Jean Marie Akono Ze a été invalidé par l’Aiba par ce que « suspendu par l’Aiba pour non respect du code d’éthique ». L’Aiba ne reconnaissant pas le nouveau bureau de la Fecaboxe, il était difficile pour le Cameroun d’organiser un tel évènement. Surtout que le Cameroun était avisé sur la sanction qui l’attendait si jamais il s’obstinait à organiser une telle compétition. La Fecaboxe n’a pas voulu risquer son exclusion définitive. Le tournoi de la zone III devait permettre aux boxeurs de se préparer pour les championnats d’Afrique qui sont prévus au mois de septembre prochain en Île Maurice. Deux pays à savoir le Gabon et la République Centrafricaine avaient déjà confirmés leur participation à cette compétition parmi la quinzaine de pays que compte la zone III de l’Afrique Centrale de boxe. Parmi ces pays l’on compte le Burundi, le Gabon, le Cameroun, la Rca, la Rdc, le Congo Brazzaville, la Guinée Equatoriale l’Ethiopie, l’Ouganda, le Rwanda, Sao tomé et Principe et la Tanzanie. En prélude à cette compétition qui a finalement avorté, les pugilistes camerounais, une vingtaine était déjà entrée en stage. Ils vont devoir ranger leurs gangs en attendant la levée de la suspension qui éloigne la Fecafoxe des rings.


journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Retour en haut