International › APA

Santé et économie au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce mercredi s’intéressent à une panoplie de sujets notamment la situation du secteur de la santé, le mémorandum de la Banque mondiale sur le Maroc et la flexibilité du dirham.+Al Bayane+, qui commente la situation du secteur de la santé au Maroc, écrit qu’au-delà des pénuries qui frappent le département de la santé, en termes de dispositif infrastructurel et surtout de ressources humaines, l’aspect défrayant toute la chronique est plutôt d’ordre comportemental, faisant remarquer que le secteur est taraudé par des pratiques quotidiennes pas toujours saines.

Il estime que la pénurie dans ce service social vital est criarde, déplorant que ni le budget sectoriel de l’Etat alloué ni le personnel en ressources humaines attribué ne sont conformes aux normes de l’Organisation mondiale de la santé.

Des panacées courageuses ont déjà été initiées, générant des colères, mais également des satisfactions dans les milieux de la société, relève-t-il.

+L’Economiste+ revient sur la présentation du mémorandum de la Banque mondiale sur le Maroc, relevant que ce document pointe, avec des chiffres édifiants, les coûts cachés, et demande que l’analyse de la politique industrielle soit faite.

Pour sa part, +Al Massae+ indique que la Banque centrale du Maroc poursuit sa démarche pour la libéralisation du dirham, relevant que cette mesure a suscité les critiques des experts et des analystes financiers qui craignent une répétition du scénario de l’Egypte et ses conséquences désastreuses sur l’économie.

La plupart des observateurs estiment que la libéralisation de la monnaie nationale comporte des risques pour l’économie du Maroc, note le journal, ajoutant que l’adoption de ce régime permettra aussi de diversifier l’économie et d’attirer les capitaux étrangers.

Il estime que cette question, qui déterminera l’orientation de l’économie nationale au cours des prochaines années, doit faire l’objet d’un débat au sein de la société.

+Le Matin+ rapporte que la Banque européenne d’investissement (BEI) et le groupe Attijariwafa bank sont en négociations avancées pour un accord de financement des projets des petites et Moyennes entreprises d’un montant de 100 millions d’euros.

Ce prêt est une ligne de crédit ayant pour objectif de soutenir le développement des PME ainsi que les entreprises de taille intermédiaire (Midcaps) marocaines, en améliorant leur accès au financement bancaire. Plus précisément, cette manne financière sera mise à la disposition des entreprises clientes ou futures clientes d’Attijariwafa bank, via des prêts ou du leasing, souligne la publication.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé