International › APA

Sécurité, déconfinement et enseignement à distance au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Le rôle des forces de sécurité durant la crise pandémique, le déconfinement, les fake news, l’enseignement à distance et le respect de l’état d’urgence sanitaires sont les principaux sujets commentés par les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi.+L’Observateur du Maroc et d’Afrique+ écrit que le Maroc est en admiration, très justifiée, devant ceux qui ont été et qui sont en première ligne face au Covid-19, notant que le corps médical et les forces de sécurité sont plébiscités.

Les forces de sécurité, qui célèbrent aujourd’hui leur anniversaire, ont joué un rôle important depuis deux mois à faire respecter les règles sanitaires, insiste l’hebdomadaire, soulignant qu’elles l’ont fait en privilégiant la pédagogie, le contact avec les citoyens, en jouant l’adhésion plutôt que la coercition. « Nous devrons tous chercher à convaincre l’ensemble des Marocains de leur faciliter la tâche. Parce que l’intérêt du pays et donc de chacun d’entre nous est dans le respect des règles prudentielles», préconise-t-il.

De son côté, +la Nouvelle Tribune+, souligne que l’épidémie n’a pas atteint ce fameux plateau qui permet de considérer que la progression de ce Coronavirus a été stoppée, notant que vu les réticences de certains officiels, le doute se fait de plus en plus fort. Au sein de la population et comme l’expriment les réseaux sociaux, une certaine lassitude se fait sentir, doublée de cette impatience que suscite l’approche de l’Aïd El Fitr, poursuit le journal, soulignant que les concitoyens aimeraient bien célébrer cette fête en état de « liberté relative ».

Comme cela a été le cas dès le premier jour de cette terrible crise sanitaire, économique et sociale, l’Etat et les pouvoirs publics sauront prendre la bonne décision, conclut-il.

Au sujet du déconfinement, +Al Ahdath Al Maghribiya+ rapporte que le ministère de la Santé semble pencher vers une prolongation des mesures de confinement pour une durée supplémentaire de 15 jours.

Le département de la Santé s’est montré prudent à cause de la fluctuation remarquable des chiffres de contamination qui enregistrent une hausse considérable depuis quelques jours, croit-il savoir.

Dans le même sillage, +Challenge+ fait savoir que la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé prévient contre « la résurgence de l’épidémie après la levée du confinement.

La feuille de route du ministère suggère que le maintien «d’un confinement strict jusqu’à l’extinction des nouveaux cas est impossible» et que «la sortie totale et brutale du confinement constitue un risque élevé de déclenchement d’une deuxième vague» de la pandémie.

Par conséquent, la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies recommande qu’avec la levée du confinement, le système de santé s’adapte à la situation en maintenant des niveaux élevés de vigilance, précise le quotidien.

Pour sa part, +la Vie éco+ relève que depuis le début de l’épisode sanitaire, les phénomènes de la rumeur, l’intox, les fake news, déjà très répandus dans les réseaux sociaux au Maroc, ont littéralement explosé.

Face à tout cela, les pouvoirs publics, les administrations, les ministères et même les entreprises privées dépensent leur énergie et mobilisent leurs ressources à apporter des démentis à longueur de journée, poursuit la publication.

Si autant d’énergie était dépensée, non pas dans les démentis mais dans la production et la diffusion de l’information utile et authentique, les fake news seraient largement combattues, souligne-t-il, notant que les communicants savent pertinemment que la rumeur prend place quand il y a le vide.

Côte enseignement, +Al Massae+ se fait l’écho d’une étude menée par des professeurs universitaires qui a révélé que seuls 10% des étudiants sont satisfaits des résultats de l’opération d’enseignement à distance, en vigueur depuis le mois de mars dernier à cause de l’épidémie de Covid-19.

La même étude, poursuit le quotidien, montre que 79% de ces étudiants ne sont pas du tout satisfaits des résultats de cette opération, tandis que 8.3 ont affirmé avoir suivi les cours qu’ils ont reçus à distance. Par ailleurs, bon nombre d’étudiants ont fait état des difficultés qui les ont empêchés de suivre leurs cours convenablement, citant notamment des problèmes de raccordement au réseau Internet.

+Al Ittihad Al Ichtiraki+ fait savoir que les services du ministère de l’Intérieur ont donné son feu vert pour des opérations de tests de dépistage collectifs pour les employés de certaines unités industrielles et commerciales pour s’enquérir du taux de propagation du virus de Covid-19 et établir les listes des personnes éventuellement contaminées.

Ainsi, à Casablanca, des prélèvements ont été effectués dans une entreprise de textile qui emploi 400 personnes et dans une entreprise de bâtiment qui emploi 100 personnes. D’autre part, trois centres commerciaux qui emploient 530 personnes devraient bénéficier de ces analyses dans les prochains jours, informe le quotidien.

+Al Ayyam+ note que le nombre de personnes interpellées pour violation de l’état d’urgence sanitaire se chiffre à environ 100.000, soit 2500 à 4.000 arrestations par jour.

Cela peut paraître paradoxal, Ce chiffre est énorme si on le compare avec les tests de dépistage Covid-19 réalisés jusqu’au 13 mai sur pas moins de 74.208 personnes et ce, depuis de le début de l’épisode sanitaire, se demande-t-il.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé