Politique › Institutionnel

Sécurité: Le Cameroun et la Guinée Équatoriale renforcent les mesures

Les travaux de la commission mixte entre les deux pays s’achèvent ce 29 août à Yaoundé. Les représentants des deux pays promettent d’aplanir les différends frontaliers

Les travaux de la 8e session de la Grande Commission mixte de coopération Cameroun-Guinée équatoriale s’achèvent ce 29 août à Yaoundé, après 3 jours de travaux. Ces assises arrivent trois ans après celles de la 7e session tenue du 22 au 26 juin 2009 à Malabo. Présidées par le ministre des relations extérieures Pierre Moukoko Mbonjo, les travaux ont porté sur les échanges de biens et de personnes entre les deux pays frontaliers, notamment les mesures de sensibilisation pour éviter l’immigration illégale et encourager l’immigration légale. Les experts camerounais et équato-guinéens devront, à la fin des travaux, aboutir à l’élaboration et au paraphe de nombreux instruments juridiques. On peut citer entre autres: l’accord relatif à l’exemption réciproque de visas pour les titulaires des passeports diplomatiques, de services ou officiels. La création de la commission mixte permanente de sécurité, le protocole d’accord portant règlement intérieur du comité de suivi des questions consulaires et de sécurité transfrontalière et le projet équato-guinéen d’ouverture d’un consulat à Ebolowa, chef-lieu de la Région du Sud Cameroun.

Pendant ces échanges entre le Cameroun et la Guinée Equatoriale d’autres aspects importants pour ces deux pays de l’Afrique centrale ont été mis en examen. Notamment dans le domaine de la formation, du développement des infrastructures, des transports, des bâtiments et travaux publics, de l’agriculture, de l’énergie, de l’élevage et de la santé et bien d’autres encore. Le Cameroun entretient les relations diplomatiques avec la Guinée Equatoriale depuis 1968. En matière de formation des forces de l’ordre et de sécurité, le Cameroun dispose depuis de longue date d’une Ecole nationale supérieure de police (ENSP) et d’une Ecole militaire interarmées (EMIA) à Yaoundé qui, déjà, accueillent des cadres équato-guinéens pour des stages de recyclage. Une Ecole internationale des forces de sécurité (EIFORCES) à vocation régionale pour l’Afrique et un cours international supérieur de défense (CISD) ouvert à d’autres continents sont venus renforcer ce dispositif. A cet effet le ministre des Relations extérieures et de la coopération de la Guinée équatoriale, Agapito Mba Mokuy déclare : La Guinée équatoriale ne se séparera jamais du Cameroun. Nos populations sont condamnées à vivre ensemble ad vitam aeternam

Les représentants du Cameroun et de la Guinée Equatoriale promettent d’aplanir les différends frontaliers
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé