› International

Séléka: Encore un incident diplomatique?

Un diplomate camerounais accompagné d’un élément des Forces multinationales de l’Afrique Centrale (FOMAC) se sont fait braqués et arrêtés par des hommes armés

Selon les faits expliqués par le diplomate et rapportés par le site Kangbi-ndara.net, le diplomate qui doit quitter l’Ambassade du Cameroun à Bangui dans les jours prochains pour son nouveau poste à l’ambassade du Cameroun à New York a mis son véhicule de marque RAV 4 en vente. Un sujet centrafricain, intéressé a pris contact avec lui pour le véhicule. Mais avant tout achat, le client a souhaité faire un essai. C’est ainsi que le diplomate à bord de son véhicule accompagné d’un cadet, militaire dans le rang de la FOMAC ont pris à bord le présumé acheteur pour un tour de ville. Le client a exigé de faire un tour à 13 kilomètres vers la sortie Nord de la Capitale centrafricaine, mais le diplomate n’a pas consenti parce qu’il dit n’avoir pas eu confiance en leur acheteur qui n’a fait que parler l’arabe au téléphone tout le long du trajet d’essai. Poliment, le diplomate a fait savoir à l’intéressé qu’il y aurait une panne sèche et qu’il fallait réapprovisionner la voiture en carburant.

Arrivé à la station d’essence, surprise. De nombreux militaires centrafricains issus de la Séléka se sont attroupés à la station en question, située en face du super marché Rayan à Bangui. A peine le diplomate avait-il stationné que les militaires ont sauté de leurs véhicules pour encercler sa voiture et pointer leurs armes sur lui et son accompagnant. Demandant, pourquoi une telle scène en public, les militaires lui ont juste demandé de descendre de son véhicule, avec l’élément FOMAC qu’ils ont pris soin de désarmer. On les a fait monter à bord d’un des pick-up de patrouille, destination, le Camp de Roux. C’est là que le diplomate et le militaire FOMAC seront d’abord dépouillés de leurs téléphones, passeports, badge militaire, argent et autres choses de valeur avant qu’une quelconque explication soit donnée à cette spectaculaire arrestation. «Tu es un faux diplomate et cette voiture ne t’appartient pas. Le militaire FOMAC aussi est un faux militaire. Vous êtes en train de vendre un véhicule volé» leur a dit un gradé de l’armée centrafricaine malgré la présentation de tous les papiers afférents du véhicule, du passeport diplomatique ainsi que de la carte militaire du soldat FOMAC. L’acheteur espion quant à lui s’était éclipsé. Les deux ressortissants camerounais, eux ont été mis derrière les verrous. Seul le diplomate n’a pas été touché mais, le militaire FOMAC, qui a insisté pour la libération du diplomate, a reçu trois paires de gifles sur les deux joues.

Il a fallu l’intervention de l’Ambassadeur du Cameroun en Centrafrique et des autorités militaires de la FOMAC pour que les deux sujets camerounais recouvrent la liberté après trois heures dans les geôles du Camp de roux. Les militaires ont restitués tous ce qu’ils avaient pris par devers eux mais, pas le véhicule mise en vente et le badge du militaire de la FOMAC. Les démarches sont encore en cours pour la récupération du véhicule et du badge qui seraient détenus par un officier centrafricain logeant dans une chambre à l’Hôtel Ledger Plazza de Bangui. Selon des sources militaires centrafricaines, le Président de la République Michel Djotodia a instruit la police militaire de retrouver les responsables de cet acte pour des poursuites judiciaires voir, une radiation dans l’armée. Cet incident (grave) est le deuxième causé par les militaires centrafricains issus de la Séléka sur des sujets camerounais. Le premier est un camionneur camerounais, abattu froidement à la sortie nord de Bangui.


afrohistorama.info)/n
À LA UNE
Retour en haut