Politique › Institutionnel

Sénatoriales 2013: Elecam rejette 23 listes

Les contestations ou réclamations relatives au rejet des candidatures doivent être soumises à l’examen du conseil constitutionnel dans un délai de 2 jours après la publication

Selon un communiqué signé du président du conseil électoral d’Elections Cameroon publié dans le quotidien Cameroon tribune, 23 des 40 listes de candidats à l’élection sénatoriale ont été rejetées par l’instance en charge des élections au Cameroun. Conformément aux dispositions de l’article 10 alinéa 2 du code électoral, le conseil électoral a procédé à l’examen des dossiers de candidature à l’élection des sénateurs prévue le 14 avril prochain. A l’issu de cet examen, les membres de ce conseil ont rejeté les listes de l’ANDP, le FSNC, le RDPC et l’UPC. L’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Progrès (ANDP) enregistre 3 listes rejetées. Il s’agit de celle de l’Extrême-Nord pour déclaration de candidature en trois exemplaires non légalisés pour tous les candidats et l’absence de femmes sur la liste des candidats titulaires. L’absence de certificat d’imposition et de non imposition pour le candidat titulaire dans le Sud leur est aussi reproché. Et dans le Sud-Ouest le rejet est issu de la déclaration de candidature en un seul exemplaire non légalisé pour tous les candidats. Il y a aussi les bulletins N°3 des candidats Njie Mokonya Robert teke et Meyembi Cecilia Manakong non conforme parce que délivrés par la police en lieu et place de la justice.

Le Front pour le Salut National du Cameroun (FSNC) a eu deux listes rejetées. Celle de l’Adamaoua et celle du Nord. La première pour déclaration non légalisée pour tous les candidats, la déclaration sur l’honneur non conforme pour les candidats. Le candidat Ahmadou Gouroudja né en 1976, âgé de 36 ans ne remplit pas les conditions d’âge. La deuxième parce que les déclarations de candidature n’ont pas été légalisées ainsi que la non conformité des déclarations sur l’honneur pour tous les candidats. Le Mouvement Démocratique pour la Défense de la République (MDR) enregistre une liste rejetée dans la région de l’Extrême-Nord pour absence de femme sur la liste des candidats titulaires. Le Rassemblement Démocratique du peuple Camerounais (RDPC) a vu ses listes de l’Adamaoua, de l’Est, de l’Extrême-Nord et de l’Ouest refusées. Pour non production des pièces requises, conditions d’âge non remplies, problème de nationalité, bulletin N°3 non conforme et pièces non légalisées.

Une seule liste rejetée pour le Social Democratic Front (SDF), il s’agit de celle de la région du Littoral, et provient du fait que le candidat suppléant Fezeu n’a pas légalisé sa déclaration de candidature. L’union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP), ne va pas concourir dans le Centre et Nord-Ouest pour absence de cautionnement pour tous les candidats et dans l’Extrême-Nord pour problème de nationalité d’une des candidates. L’Union des Population du Cameroun (UPC) a vu ses listes refusées en raison des divisions qui règnent au sein du parti. Les trois factions ont concurremment présenté des listes de candidats à l’élection des sénateurs. Aussi, du fait de la multiplicité de ces factions, aucun bureau directeur de l’UPC n’a été jusque là reconnu par le MINADT.

23 listes sur 40 ont été rejetées
africapresse.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut