Politique › Institutionnel

Sénatoriales au Cameroun: Le Social Democratic Front finalement partant!

Une décision qui contraste avec les positions prises par son leader à la suite de l’annonce de ces élections par le président Paul Biya

John Fru Ndi, le président du principal parti d’opposition au Cameroun, le Social Democratic Front (SDF), a confirmé samedi une fois encore, son intention de se porter candidat à l’élection des premiers sénateurs du pays, prévue le 14 avril prochain. Dans un communiqué rendu public par le ministre de l’information du Shadow Cabinet (équipe gouvernementale de John Fru Ndi), certaines raisons ont été avancées pour expliquer ce volte-face. La première : «Le Sdf avait le choix entre créer un blocage politique et accepter la mise sur pied du Sénat». La deuxième raison était celle d’éviter un vide constitutionnel. «En l’état actuel de nos institutions marqué par l’absence du Sénat et du Conseil constitutionnel, en cas de vacance au sommet de l’Etat, le vide constitutionnel ne peut profiter qu’à l’oligarchie régnante qui dispose d’importants moyens matériels pour se régénérer par la force en cas de déflagration sociale de forte amplitude », fait ressortir le communiqué signé de Jean Robert Waffo. Une autre des raisons et qui fait le plus couler les encres, est le but annoncé de ne pas vouloir laisser Paul Biya installer un totalitarisme au Cameroun. «En acceptant que le Sdf participe aux sénatoriales malgré la mascarade programmée, le chairman Ni John Fru Ndi, a fort heureusement, déjoué en toute dernière minute les desseins diaboliques inavoués que les totalitaristes de l’ordre régnant avaient projeté sur notre vivre ensemble », apprend-t-on du communiqué.

Une décision qui contraste avec la position prise par le parti quelques jours plus tôt, au lendemain de l’annonce de ces sénatoriales. Dans une interview rapportée par la Nouvelle expression un quotidien paraissant au Cameroun, le Chairman laissait ressortir son désaccord de voir organiser les sénatoriales avant les législatives. Il promettait au passage « un chaos politique », si le président Biya s’entêtait. Il reste très difficile de savoir ce qui a motivé cet retournement, même si cela ne surprend pas de nombreux observateurs de la scène politique nationale. Il semblerait que tout se soit décidé à l’issue de la rencontre que le Chairman du SDF a eu avec Martin Belinga Eboutou, le Directeur du Cabinet Civil de la présidence de la république. Au sein de l’opinion, la nouvelle position du SDF fait des vagues. Des proches de l’aile dure de ce parti sont déjà contre et y voient une nouvelle « escroquerie politique » de monsieur Fru Ndi. Quoiqu’il en soit, John Fru Ndi semble résolu et invite tous ceux qui veulent participer à l’aventure, à soumettre une liste avant le 12 mars prochain. De nombreuses interrogations se font aujourd’hui quant à cette participation du SDF. Techniquement et même dans son fief de Bamenda, ce parti n’a pas les moyens de battre le RDPC au pouvoir si la discipline des partis est respectée. Avec 538 conseillers municipaux contre 549 pour le parti au pouvoir, le SDF va logiquement perdant. Les observateurs neutres s’interrogent sur cette stratégie et au sein du RDPC, notamment les démembrements de la région du sud-ouest, on manifeste une certaine inquiétude.

Dans les autres partis, la bataille de positionnement fait rage. La réunion d’information du RDPC dans le littoral a viré à des contestations, au sein de l’UDC on hésite fortement, même si le parti ne possède aucune clé de sortie. Les sénatoriales du 14 avril prochain, les premiers du genre au Cameroun, se dérouleront à un seul tour et les listes gagnantes seront désignées à la majorité simple des électeurs. Un cadre qui donne tout avantage au parti de Paul Biya.

John Fru Ndi est candidat aux élections sénatoriales du Cameroun
cameroon-info.net)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut