Politique › Institutionnel

Sénatoriales dans le Nord-Ouest: Pour qui balancera le c ur de Paul Biya?

Entre John Frun Ndi et Achidi Achu, le c ur du président Biya risque de Balancer. Heureusement, il y a toujours la carte de la nomination des sénateurs

La vrai bataille des sénatoriales prévues le 14 avril prochain au Cameroun, risque finalement de se dérouler dans la région du nord-ouest du Cameroun, siège du Social Democratic Front, le principal parti d’opposition au Cameroun. Sur le sujet, les avis sont très partagés. « Nous ne nous faisons pas de doute, nous partons dans cette bataille pour la remporter. La liste du nord-ouest a d’ailleurs été constituée à cet effet et c’est délibérément que nous avons choisi monsieur Achidi Achu pour la conduire », a déclaré sur le sujet Christophe Mien Zock, qui a fait partie de la commission d’investiture des candidats du RDPC. Simon Achidi Achu part dans cette bagarre avec un double avantage psychologique et numérique. Sur le plan psychologique, ce sera la première fois que John Fru Ndi, le chairman du SDF s’aligne en lice pour une élection locale. De plus, du moment où lui et monsieur Achu étaient du RDPC, Fru Ndi n’a jamais réussi à battre son « frère » de la Mezam. Sur le plan numérique, le collège électoral exclusivement constitué de conseillers municipaux, est favorable au candidat du RDPC, qui compte 3 conseillers de plus que le SDF. La discipline de parti aidant, Simon Achidi Achu va en terrain conquis.

Pourtant au SDF, on avance avec confiance. « Nous expliquerons à tous les électeurs, que le Sénat est une grosse institution et qu’ils n’ont pas intérêt à le laisser sous le contrôle d’un seul parti. Nous leurs expliqueront pourquoi ils doivent nous soutenir. De plus lorsqu’on tient compte du fait que la désignation des candidats du nord-ouest a fait des mécontents, ce sera là pour nous un important vivier d’électeurs à conquérir », a expliqué pour sa part Roger Alima, qui travaille au sein de l’équipe de communication du SDF. Il reste tout de même difficile de comprendre les raisons pour lesquelles le SDF s’est engagé dans un affrontement techniquement perdu d’avance. Certains observateurs font remarquer que le président, Biya patron du RDPC pourrait permettre la victoire de son adversaire dans sa région d’origine, au moins pour deux raisons. Montrer qu’il n’est pas anti démocrate, et surtout éviter un mécontentement des populations du Nord-ouest qui pourrait faire boule de neige. Le mystère semble se jouer dans la rencontre qui a eu lieu récemment entre les délégations du SDF et celle du RDPC à la présidence de la république. Mais au RDPC, on jure la main sur le c ur qu’aucun accord n’a été fait avec le SDF. De nombreux autres partis ont présenté des listes pour les sénatoriales avec les mêmes interrogations. Certains d’entre eux comme celui du ministre Tchiroma de la Communication, le FSNC, iront dans une élection pour laquelle ils n’ont pas de chance d’être élu. La bataille du Nord-ouest aussi simple soit elle ne sera pas anodine. Les paris sont ouverts et le verdict sera connu au lendemain du 14 avril prochain. Entre John Frun Ndi et Achidi Achu, le c ur du président Biya risque de Balancer. Heureusement, il y a toujours la carte de la nomination des sénateurs.

Rencontre entre Paul Biya et John Fru Ndi, image d’archives
À LA UNE
Retour en haut