Politique › Institutionnel

Sénatoriales: Le SDF survivra-t-il à son alliance avec le RDPC

Il est le deuxième parti de l’opposition au Cameroun mais devra ses 14 places au Sénat en raison des votes des militants du RDPC

Alors que le Cameroun attend encore les résultats de sa première élection sénatoriale depuis le retour de la démocratie, l’opinion publique s’accoutume au nouveau visage du Social Democratic Front en principe leader de l’opposition au Cameroun. Le parti de John Fru Ndi pourrait selon plusieurs estimations concordantes remporter 14 places au Senat obtenues dans les régions de l’Ouest et de l’Adamaoua. Fait intéressant, dans ces zones, des militant RDPC ont voté pour le SDF. Deux jours avant les élections, alors qu’on attendait la décision du parti au pouvoir, Jacques Fame Ndongo haut responsable du parti au pouvoir a expliqué la consigne de vote du RDPC en faveur du SDF. « L’UDC » de Ndam Njoya est tribaliste et non républicain et le SDF est plus Républicain, expliquera celui qui est aussi le ministre de l’enseignement supérieur. Dans la région de l’Adamaoua, rien n’est dit, mais le geste du RDPC à l’Ouest a un effet de domino. Aujourd’hui l’opinion publique camerounaise dans sa grande majorité est persuadée de ce que le SDF est désormais devenu une sous composante du RDPC grâce auquel il tue toute ambition de démocratie. Pour cette opinion là, l’opposition camerounaise doit se trouver de nouveaux héros.

Elle est loin l’époque ou le Chairman faisait trembler le régime. En 20 ans, le parti n’est plus que l’ombre de lui-même. Des choix politiques controversés, une présence parlementaire insuffisante, et pour finir des places au Sénat grâce au bon vouloir du RDPC. Au SDF, on définit cette alliance comme tactique et on parle de compromis politique, mais pas de compromission. Pourtant le discours a du mal à passer. Plusieurs cadres du SDF ont déserté le parti. Dans son propre fief le nord-ouest, il a été mis en difficulté, parce que justement son « allié le RDPC » y livrait aussi bataille. Le parti ne semble pourtant pas s’encombrer de ce type de considérations. Ses militants ont célébré la victoire dans l’Adamaoua alors même qu’ils ont été élus par des militants RDPC. Le SDF en effet ne possède pas de conseillers municipaux dans la région. Le SDF peut-il encore conduire l’opposition camerounaise? La question risque d’alimenter bien de débats dans les prochains jours.

John Fru Ndi, président national du Social Democratic Front (SDF)
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut