› International

Sénégal: 900 militaires français se retirent du pays

Abdoulaye Wade s’était insurgé de leur présence de plus en plus incongrue dans un pays stable et démocratique

Près des trois quarts des militaires français du Sénégal soit 900 hommes sur 1 200 ont déjà fait leur paquetage ou prévoient de le faire dans les trois années qui viennent. La force restante sera dédiée à la coopération militaire avec les 15 pays membres de la Cedeao et la Mauritanie. Près de 40 ans après leur création, en 1974, les Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) ne sont plus. Certes, 300 militaires français vont bien rester sur la base militaire française de Dakar, mais ceux-ci, terminologie diplomatique oblige, prendront le nom d’Éléments français au Sénégal (EFS).

Le nombre des militaires français du Sénégal, dont le retrait a officiellement débuté dimanche dernier, devrait être stabilisé en trois ans. L’effectif sera rabaissé progressivement à 300 personnes d’ici 2014. Une importante partie des départs a déjà eu lieu. Actuellement nous sommes environ 400 sur la base militaire de Dakar, indique un officier français sur place. La dissolution des FFCV résulte de la volonté exprimée en février 2010 par Abdoulaye Wade de voir le Sénégal reprendre les bases françaises sur son territoire pour y exprimer sa souveraineté. Le président sénégalais s’était insurgé de la présence de plus en plus incongrue des soldats français dans un pays stable et démocratique. Elle y est ressentie comme une indépendance inachevée, avait-il déclaré. Ce départ massif inquiète les personnes qui travaillaient, de près ou de loin, avec les militaires français. Devant les locaux de l’ancien Bataillon d’infanterie militarisé, à Bel Air, plusieurs chauffeurs de taxis, restaurateurs et vendeurs d’objets de souvenir vivent déjà dans l’incertitude. Selon le Syndicat national des personnels des armées, près de 1 500 personnes seraient touchées par ce départ. Même désarroi et même incertitude partagés par les quelques restaurateurs installés en face de cette ancienne base militaire.

Au sein des bases militaires, sur les 260 employés locaux, 110 personnes ont opté pour un départ volontaire. Ndiouga Wade, le secrétaire général du Syndicat national des personnels civils des armées, est satisfait des négociations sociales liées au départ massif des militaires français. Nous avons opté, dans le cadre des négociations, pour des départs volontaires. Le plan social qui a été concocté prévoit des indemnisations pour les gens qui se sont inscrits sur les listes des départs volontaires, indique le syndicaliste. Seule inconnue: L’avenir des nombreux employés qui gravitaient autour des militaires français. Le Synpas affirme avoir élaboré neuf projets afin de leur trouver de nouvelles activités.

Bien que diminuées au Sénégal, les forces françaises disposent encore de trois bases permanentes en Afrique (Djibouti, Gabon) et déploient des militaires dans trois pays (Côte d’Ivoire, Tchad et Centrafrique). La présence militaire française en Afrique est de plus en plus décriée, 50 ans après les indépendances. Installée officiellement dans le cadre d’ accords de défense, la France est perçue comme un bouclier des dictateurs de la nébuleuse Françafrique.

900 militaires français se retirent du Sénégal
tempsreel.nouvelobs.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé