International › APA

Sénégal : arrestation d’Ousmane Sonko

Pas d'image

Le député de l’opposition, qui se rendait au Palais de justice pour faire face au juge d’instruction du 8e cabinet du Tribunal de Grande Instance de Dakar, a été interpellé par les forces de l’ordre.Le tête-à-tête entre le magistrat du siège et le leader du parti Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) était initialement attendu à 9 heures. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

En effet, les forces de l’ordre ont barré la route au cortège d’Ousmane Sonko pour empêcher ses partisans de l’accompagner. De la Cité Keur Gorgui où réside l’ancien Inspecteur des Impôts et Domaines à Mermoz, le convoi du virulent opposant a été ralenti par un impressionnant dispositif sécuritaire.

A lire aussi: Sénégal : « l’affaire Sonko » simplifiée

Les forces de défense et de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser tout rassemblement. Au bout de trois heures de blocage, le troisième de l’élection présidentielle de 2019 est sorti de son véhicule sur le rond-point Mermoz afin de discuter avec les forces de l’ordre sous l’assistance de ses avocats.

Après quelques minutes d’échanges, Ousmane Sonko est embarqué par les forces de défense et de sécurité dans une voiture banalisée. Il est poursuivi pour « trouble à l’ordre public et participation à une marche non autorisée ».

A lire aussi: Sénégal : Sonko, l’opposant dévot et le bruit de viol

L’étau se resserre donc autour du député qui devait déférer à la convocation du juge d’instruction du 8e cabinet pour être entendu sur l’accusation de « viols et menace de mort » dont il fait l’objet. La plaignante est une masseuse d’un salon que fréquentait Ousmane Sonko pour soulager des douleurs dorsales.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé