International › APA

Sénégal : impact mitigé des dépenses publiques sur la pauvreté et les inégalités sociales (Etude)

Il y a un impact mitigé des dépenses publiques sur la pauvreté et les inégalités sociales au Sénégal, selon les résultats d’une étude récente de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE, dont APA a obtenu copie.Dans cette étude intitulée « Impact des dépenses publiques et les inégalités sociales au Sénégal :Bourses de sécurité sociales et CMU (Couverture maladie universelle », les auteurs Babacar Diagne, Hamat Sy et Raqui Wane, cadres à la DPEE, s’étaient fixés comme objectif de mesurer l’impact des dépenses publiques sur la pauvreté et les inégalités sociales au Sénégal à travers ses composantes principales (les dépenses courantes hors transferts et les investissements publics) de même que les programmes de bourses de sécurité familiale et de CMU en utilisant un modèle d’équilibre général calculable (MEGC) Inter-temporel avec un module de micro-simulation. 

A cet effet, des chocs sur les dépenses courantes hors transferts et d’investissement public selon les évolutions moyennes constatées depuis la mise en œuvre  du Plan Sénégal émergent (PSE) en 2014 ont été réalisés. Selon les auteurs de l’étude, les résultats révèlent que les investissements publics permettraient en moyenne à 36 880 ménages de sortir de la pauvreté soient environ 344 721 personnes sur le territoire national. 

Par ailleurs, les dépenses courantes hors transferts offriraient également l’opportunité à 7903 ménages de quitter la situation de pauvreté. « Cependant, argumentent-ils, l’impact serait mitigé car malgré un effet positif à l’échelle nationale avec une baisse de l’incidence de la pauvreté estimée à 0,3% l’impact pourrait être négatif en milieu rural ».

Selon eux, le programme des bourses sociales qui est l’instrument qui agit le plus sur les indicateurs de pauvreté et d’inégalité tels que la profondeur, la sévérité et l’indice de Gini (une mesure statistique de la dispersion d’une distribution dans une population donnée), avec des impacts estimés à 11,8%, 8,6% et 3,6%, permettrait à environ 32 772 ménages de changer de statut en sortant de la pauvreté.

L’étude de la DPEE signale que la CMU impacterait le plus sur l’incidence avec environ 40 283 ménages qui devraient sortir de la pauvreté soit 371 019 personnes au niveau national. La CMU engendrerait une évolution significative des indicateurs de pauvreté et d’inégalité avec des réductions de la sévérité, de la profondeur et de l’indice de Gini estimées respectivement à 4,2%, 2,6% et 1,5% par rapport à la situation référentielle.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut