› International

Sénégal: Le Joola, 10 ans déjà !

Depuis ce 26 septembre, les familles de victimes du naufrage du ferry sénégalais Le Joola, commémorent le drame au Sénégal

Ce sont officiellement 1.863 personnes qui sont mortes dans le naufrage du ferry Le Joola, au large de la Gambie voisine, alors qu’il reliait Ziguinchor à Dakar. A Mbao, comme à Ziguinchor, des chefs des différentes confessions religieuses ont dirigé des prières en présence de familles, mêlant des Sénégalais et des Occidentaux, l’air grave ou en pleurs, et les délégations officielles. Le ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales a déclaré à la presse que tout le Sénégal a subi dans la douleur cette tragédie du Joola. Des gerbes de fleurs ont été déposées dans la journée au pied d’une stèle à la mémoire des victimes de la catastrophe, Place des naufragés, face au fleuve Casamance, ainsi qu’à Dakar sur la Place du souvenir, face à l’océan Atlantique, où les familles réclament la construction d’un mémorial-musée Le Joola. A Ziguinchor, l’heure était également au recueillement. Familles de victimes et représentants du gouvernement, conduits par le ministre des Forces armées Augustin Tine, se sont recueillis au cimetière de naufragés à Kantène (périphérie sud de la ville). Tous se sont ensuite rendus au port de Ziguinchor, où ils ont jeté des bouquets de fleurs dans le fleuve Casamance. L’occasion aura permis à des responsables d’associations sénégalaises de familles de victimes d’estimer que depuis l’élection de Macky Sall à la présidence en mars dernier, le nouveau pouvoir semble disposé à remettre sur la table tout le dossier Joola ; en 2003, la justice sénégalaise a classé sans suite le dossier du Joola, faisant valoir que le commandant du ferry, seul maître à bord et, selon elle, principal responsable du drame, avait péri dans l’accident.

Rappelons que Le Joola effectuait la liaison Dakar-Karabane-Zinguinchor, reliant également la province isolée, au reste du Sénégal, tout en évitant de transiter par la Gambie. Il réalisait, deux liaisons par semaine à partir de la capitale, les mardis et vendredis aux alentours de 20 heures, et deux autres à partir de Ziguinchor les jeudis et dimanches vers 13 heures. Cette liaison maritime d’une durée de 13 heures permettait de sortir la Casamance de l’isolement. Conçu pour accueillir 500 personnes, le ferry transportait le 26 septembre 2002, près de 2000 passagers. Ce jour là, peu avant 23 heures, le Joola surchargé s’est retourné au large de la Gambie, à environ 40 km de la côte. Un seul canot pneumatique a pu être ouvert. Certains passagers se sont réfugiés sur la coque du navire retourné, mais l’immense majorité a été piégée à l’intérieur ou s’est noyée. Les secours ne sont arrivés que le lendemain matin. A ce jour ce naufrage constitue la plus grande tragédie de l’histoire du Sénégal. Le gouvernement sénégalais a depuis lors entrepris un ensemble de des mesures disciplinaires. Toutefois, aucun des responsables inculpés comme ayant une part de responsabilité dans ce drame, n’a été jugé à ce jour. Bien plus, des questions subsistent au Sénégal, notamment en ce qui a été fait pour que pareil tragédie ne se produise plus. Car, dix ans après Le Joola, les transports en commun restent toujours aussi dangereux au Sénégal. Les «cars rapides» sont toujours aussi surchargés.

Le ministre sénégalais de l’Environnement Ali Haidar (2ème g) et celui de l’aménagement du territoire et des collectivités locales, Cheikh Bamba Dieye (3ème g) commémorent le 10ème anniversaire du naufrage du Joola dans le cimetière de Bao, près de Dakar
Afp)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé