International › APA

Sénégal : un centre de bioproduction à l’Iressef

Avec l’appui de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique), l’Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Épidémiologique et de Formations (IRESSEF) veut expérimenter la bio-production au Sénégal.Installé dans la nouvelle ville de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar, l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) « travaille étroitement avec plusieurs entités de la Wallonie pour le développement d’un centre de bio-production, l’organisation d’un master de spécialisation qui aborde spécifiquement les risques sanitaires à l’interface entre l’Homme, l’animal et l’environnement » selon l’Iressef.

Cette collaboration s’oriente également vers « le développement d’une plateforme de diagnostic moléculaire de la covid-19 semblable à celle que l’Université de Liège a mis en œuvre en Belgique en réponse à la pandémie. »

Pour « faire le point sur les avancées de cette collaboration exemplaire », le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en visite de trois jours au Sénégal, s’est rendu mardi 17 mai au siège de l’Iressef, à Diamniadio.

Reçu par le professeur Souleymane Mboup, président fondateur de l’Iressef, Jean-Yves Jeholet a déclaré vouloir « amplifier la collaboration » avec la structure qui travaille dans la recherche sanitaire et la formation.

« Nous voulons donner un signal fort dans les mois, dans les années à venir. Nous voulons construire un écosystème avec le monde universitaire, avec les entreprises que nous avons en Wallonie et à Bruxelles, et forcément avec le gouvernement du Sénégal ainsi qu’avec tous les instituts comme celui-ci au niveau de la recherche », s’est engagé le ministre-président de Bruxelles-Wallonie, après une visite des lieux.

Pour sa part, le président fondateur de l’Iressef s’est félicité de la visite de l’officiel wallon et a assuré que l’implémentation du centre de développement de bioproduits, « avec toutes les opportunités de formation », sera construit dans le moyen terme.

Selon le virologue sénégalais, cette innovation concerne « le développement de vaccins mais aussi d’autres produits comme des anticorps clonaux, avec une technologie miniaturisée, à des prix abordables ».


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé