International › APA

Sénégal : une association prône  »un islam du juste milieu »

L’Association des élèves et étudiants musulmans du Sénégal (AEEMS) a tenu, dimanche à Dakar, son 12e congrès ordinaire et a  »réaffirmé » en l’occasion, entre autres considérations,  »son appartenance à un Islam du juste milieu ».Cette résolution du nouveau bureau de l’AEEMS, créée en 1993, englobe plusieurs sujets, touchant surtout les questions de l’heure tant sur le plan national qu’international.

Ainsi, elle  »exige toute la lumière » sur la mort de l’étudiant Fallou Sène, tué en mars 2018 à l’Université de Saint-Louis (nord) lors d’échauffourées entre ses camarades et les forces de l’ordre.

Sur le plan politique, elle appelle à un  »dialogue » entre les politiques pour avoir un climat électoral apaisé en vue de la présidentielle de février 2019.

Elle a également revendiqué le  »droit à un environnement sain », tout en demandant une protection des valeurs cardinales.

L’ambassadeur de la Palestine était également ravi d’entendre le  »soutien » prononcé de l’AEEMS pour son  »peuple martyr ».

Par ailleurs, les travaux de l’AEEMS ont débuté hier avec l’élection d’un nouveau bureau par un collège électoral de 57 personnes. L’élection des nouveaux membres, qui s’est faite au  »consensus », a porté à la tête de l’AEEMS, pour 2 ans, le doctorant à la Faculté de médecine de l’UCAD, Mamadou Ndao, succédant ainsi au  »frère » Mamadou Coly.

 »Content » du choix porté sur sa personne qui est pour lui un  »sacerdoce », le nouveau président explique que  »l’islam du juste milieu », thème du présent congrès, signifie un  »islam équilibré et respectueux des différences ».

 »L’AEEMS, c’est pour nous une école. C’est grâce à elle que certains parmi nous ont pu comprendre la dimension de l’islam », indique Zeynab Kane, membre de première heure de cette association qui incarne une  »masse critique d’intellectuels » imbus des  »valeurs islamiques » avec un  »engagement citoyen » sans mesure.

 »L’AEEMS a fait de moi ce que je suis », soutient pour sa part Dr Abdoulaye Diallo, directeur de la maison d’éditions Harmattan Sénégal, anciennement chargé de la section pédagogie de la structure.

Pour lui l’AEEMS est un  »vivier » qui regorge de gens pouvant faire de ce monde un endroit où  »il fera bon vivre », car ils ont  »l’avantage d’être bien formés » et ont une  »bonne compagnie ».

Ainsi au-delà des questions d’humanisme, de fraternité, et de confiance en Allah, l’AEEMS enseigne surtout  »qu’on ne réussit pas si on ne rêve pas et si on ne lit pas », a refermé Dr Diallo.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut