Santé › Actualité

Sept cas de polio déclarés au Cameroun depuis octobre 2013

Après quatre ans d’accalmie depuis 2009, les autorités sanitaires font état de la résurgence de la poliomyélite dans le pays

Après quatre ans d’accalmie depuis 2009, les autorités sanitaires du Cameroun font état de la résurgence de la poliomyélite dans le pays où sept nouveaux cas de malades ont été enregistrés depuis octobre, d’où l’organisation dès le week-end à venir d’une nouvelle campagne de vaccinations des enfants âgés de 0-5 ans en vue d’accélérer la riposte contre cette maladie.

« Jusqu’en octobre 2013, le dernier cas de polio virus sauvage au Cameroun avait été enregistré en 2009 et le Cameroun était en bonne voie pour atteindre l’objectif mondial d’éradiquer la poliomyélite. Mais entre octobre 2013 et mars 2014, sept cas de polio virus sauvage ont été enregistrés au Cameroun dans trois régions (Ouest, Centre et Sud) », annonce le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. Parmi les malades déclarés, quatre ont été détectés dès le premier mois de la réapparition de la maladie, tous concentrés dans le district de santé de Kouoptamo dans la région de l’Ouest.

Les trois autres cas ont été enregistrés en mars, dont un dans le district de santé de Djoungolo à Yaoundé, la capitale du pays et principale ville de la région du Centre, a précisé le ministre lors d’une conférence de presse mercredi. Pour l’essentiel, ce sont des enfants en bas âge, entre 8 mois et 5 ans. Mais dans le lot figure un enfant de sept ans n’ayant jamais reçu le vaccin, pourtant administré gratuitement, contre le polio virus sauvage, regrette Mama Fouda annonçant l’organisation du 11 au 13 avril d’une nouvelle campagne de vaccination de masse, destinée entre 4,5 et 5 millions d’enfants de 0 à 5 ans dans tout le territoire national.

« La survenue de ces cas est assez surprenante, le Cameroun ayant été le seul pays en Afrique centrale à avoir notifié des cas de polio en 2013. Il y a donc lieu de penser que le virus circule dans touts les régions du pays et pourrait se propager dans les pays voisins »,fait-il savoir. La poliomyélite a été déclarée « urgence de santé » au niveau mondial en 2012 et tous les pays se sont engagés à arrêter la circulation du virus en 2015. La nouvelle campagne de vaccination de masse, faite du porte-à-porte, que le Cameroun à organiser dès ce week-end prévoit de s’étendre jusqu’en mai et juin.

Elle a été précédée par une autre, ponctuée de sept passages entre octobre 2013 et mars 2014 où en moyenne plus de 4,7 millions d’enfants âgés de 0-5 ans ont à chaque fois été vaccinés, selon les statistiques du ministère de la Santé publique. Des résistances de la part de certains parents à faire vacciner leurs enfants ont été constatées à cette occasion, ce qui amène le ministre Mama Fouda à s’inquiéter au sujet des efforts menés pour stopper la maladie.

« J’appelle toutes les familles vivant au Cameroun, ayant des enfants âgés de 0-5 ans, qu’ils soient vaccinés ou pas, à les faire vacciner à nouveau et à chaque passage au cours des trois prochains tours. Le fait de laisser des enfants non vaccinés, fragilise la protection collective et risque d’anéantir tous les efforts déjà consentis, car c’est à travers les enfants non vaccinés ou insuffisamment protégés que la poliomyélite passe », exhorte-t-il. Les réticences manifestées par certains parents sont dues à des séquelles portées par certaines familles suite à une expérience ancienne douloureuse où de nombreux enfants ont été victimes de paralysie de membres jamais réparée à cause de tests de vaccination contre ce même virus dans les années 1960 et 1970.

Une campagne menée par le Minsanté se déroulera le week-end
Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé