Personnalités › Success Story

Serges Alain Nziébou: Un cameraman exceptionnel

Il est l’une des pièces maîtresses de la chaîne de télévision Canal2 international

Serges Alain Nziébou a un parcours professionnel particulièrement remarquable,car celui qui est considéré aujourd’hui comme le plus ancien caméraman de la chaîne de télévision privée camerounaise Canal 2 international,est arrivé dans ce domaine de la communication, sans véritable base. Mais sa passion pour le métier et son ardeur au travail, ont fini par faire de lui,le cameraman le plus célèbre de la ville de Yaoundé et même dans toutes les zones de couverture de la chaîne toujours plus près de vous .
C’est le 18 octobre 1973 que Serges alain Nziébou voit le jour à Yaoundé.Il fait ses études primaires à l’école publiquue de messa à Yaoundé, où il obtient son premier diplôme,le CEPE.C’est au cetic de ngoa ekelle,puis au lycée technique de Yaoundé que le jeune homme poursuivra ses études secondaires. Alors que serges Alain Nziébou, pense déjà à l’enseignement supérieur, comme tous les jeunes de sa génération, ses parents vont l’orienter dans l’audiovisuel.[ b Ils ont voulu que je devienne cameraman parce que, selon eux, c’était non seulement un nouveau métier,mais aussi un métier d’avenir ]souvient Serges qui nous reçoit au studio de montage presqu’en travaillant .Originaire de la région de l’ouest Cameroun,où les coutumes ancestrales etla tradition s’imposent encore comme des normes dans la plupart des familles,Serges finit par écouterla voix de ses parents,qui lui offrent même une camera amateur pour une initiation à la prise de vues.

Serges Alain Nziebou

journalducameroun.com)/n

Serges se met donc à l’école, et attérit à la crtv (la Cameroon Radio Télévision) où il est encadré par la journaliste Barbara Etoa chef de station Crtv du centre et actuellement à la cellule de communication de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Yaoundé, Roger Nguebang, ingénieur et responsable technique à la station crtv Baffoussam , Henri Fidel kouam Djilo,Ateba Appolinaire tous de la crtv sont des personnes qui ont contribué à sa formation . Une formation qui sera d’ailleurs enrichie par des stages et autres formations en audiovisuelle.[b J’ajouterai même que Pauline Biyong, Directrice de Publication du journal La Cité], m’a aussi offert une camera. Je profite de votre journal pour lui dire à nouveau merci nous confie celui qui a passé près de 7 ans à la télévision nationale comme collaborateur extérieur. On n’a pas voulu me recruter à la crtv parce que je n’étais pas sorti de leur centre de formation, le CFPA, mais je travaillais comme tout le monde jusqu’au moment où canal 2 est arrivée dit-il.En effet, en 1999 il a juste suffit d’une simple demande d’emploi pour que serges Alain Nziébou soit retenu par Emmanuel Chatué le promoteur de cette de télévision privée.Seul à Yaoundé,il devra envoyer à douala des images et des petits textes que les journalistes allaient exploiter pour la rédaction des papiers.Travailleur infatigable, Serges Alain est au front sans relache jusqu’aux heures tardives de la nuit.Il arrive parfois qu’on m’appelle à 1 heure du matin ou à 2 heures pour aller filmer un accident à l’entrée de la ville ou des malfrats arrêtés par la police. nous revèle celui que ses collègues appellent amicalement le sacrifié, le vendu de canal2 tout simplement parce qu’il ne dort presque pas. Pour Mireille Mekong, journaliste dans la même chaîne,le plus grand diplôme de Serges Alain Nziebou, c’est son caractère, sa personnalité, son expérience.En plus,il n’est jamais de mauvaise humeur. Si Débeau Andébé journaliste et collègue estime pour sa part que Serges Alain est la plaque tournante de canal2 , Rodrigue kouékam, monteur, définit Serges comme [ bun passionné qui aime son travail]. Un travail qui l’a amené dans les pays tels que la France,l’Egypte le Ghana,la Côte d’Ivoire, le Gabon, pour la couverture des évènements sportifs et culturels.
Marié, le papa de la petite Ange Ingrid Nziébou aime écouter la musique classique, et religieuse.Son plus mauvais souvenir reste jusqu’ici,le décès de son père en 2006. Un père qui lui a frayé le chemin dans cet univers passionant de l’audiovisuel. Je suis fière aujourd’hui de l’orientation que mes parents m’ont donnée. Je demande aux jeunes d’être persévérents, serieux et honnêtes dans leur travail conseille Serges Alain Nziébou.

Serges Alain Nziebou

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut