› Eco et Business

Seules neuf sociétés de gardiennage bénéficient d’un agrément au Cameroun

Le recensement a été établi par le Minatd en vue de l’application de la récente loi adoptée au parlement pour la régulation de ce secteur

Au Cameroun, seules neuf sociétés de gardiennage disposent d’un agrément du président de la République leur permettant d’exercer conformément à la loi, selon un document publié ce lundi dans le quotidien gouvernemental.

Ces données sont issues du ministère de l’Administration territoriale (Minatd), à la date du 10 janvier 2015, selon des enquêtes menées dans les 10 régions du Cameroun avec l’aide des gouverneurs et des préfets. Actuellement, il existe «une pléthore de sociétés et établissements de gardiennage» sans agrément, reconnait-on au Minatd.

Le recensement effectué par l’administration a pour objectif de permettre l’application de la loi du 23 décembre 2014 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi du 10 septembre 1997 relative aux activités privées de gardiennage.

Concrètement, la nouvelle loi crée une commission interministérielle chargée de l’examen des demandes d’agrément et du suivi des activités de gardiennage et prévoit des sanctions à l’endroit de ceux qui exercent sans agrément, lequel est accordé par le président de la République. Cette Commission émet désormais un avis «consultatif» sur les demandes, et non plus «conforme» comme par le passé. L’autorisation d’exercer étant dévolu au chef de l’Etat.

Selon les renseignements complémentaires obtenus au Minatd, 32 structures de gardiennage se prévalent actuellement de l’avis conforme pour exercer, sans agrément. Par ailleurs, selon les résultats du recensement, «un bon nombre exercent dans la clandestinité».

La loi camerounaise définit l’activité privée de gardiennage comme «toute activité qui consiste à fournir aux personnes physiques et morales contre rémunération de façon permanente, exceptionnelle ou discontinue, des services ayant pour objet la garde des biens meubles ou immeubles ainsi que la protection des personnes liées directement ou indirectement à ces biens». L’escorte et la protection des personnalités, le gardiennage d’individu à individu, le transport des fonds sont des activités exclues de cette définition.

Le Minatd compte prendre les premières sanctions après la signature du décret d’application de la loi promulguée le 23 décembre.

Les sociétés de gardiennage autorisées à exercer au Cameroun. Source : Cameroon Tribune, n°10761/6990 du 19 janvier 2015, p.8

1)Panthere Security, Douala. Propriétaire: Feutcheu Joseph
2)Vigilcam Security, Yaoundé. Propriétaire : Ndjock Parfait
3)Africa Omnibusiness Sarl, Garoua. Propriétaire : Meyanga Marie-Angèle
4)Wackenhut, Douala. Propriétaire : Biyimoh Joseph
5)Africa security, Douala. Propriétaire: Turpin Martine
6)Safety Curtain Sarl, Yaoundé. Propriétaire: Mvondo Assam B.
7)Société camerounaise de sécurité Sarl, Yaoundé. Propriétaire : Moneboulou Zeh J.C.
8)Essoka Security, Bamenda. Propriétaire : Nsoh Joseph
9)Dak security, Yaoundé, Propriétaire : Dieye Abdel Henry


nyhavana.mg)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé