Personnalités › Diaspora

Simplice Nana: «Au-delà de l’alimentaire, nous proposerons la prise en charge médicale»

Le fondateur de Sira International, le camerounais Simplice Nana, nous présente les services de sa structure qui vend en ligne les produits du quotidien, à destination du Cameroun

Simplice Nana, vous êtes le fondateur de Sira International, un site de vente en ligne des produits du quotidien. Pouvez-nous en dire plus ?
Sira International est une structure qui a été mise en place en avril 2011. Le concept permet à la diaspora camerounaise d’Europe, des Etats Unis et de partout dans le monde de subvenir aux besoins de leurs familles installées au Cameroun en produits de première nécessité comme du riz, du lait, du savon et bien d’autres.

Racontez-nous comment a débuté l’aventure
J’arrive en France le 23 Janvier 2003 et dans le souci de subvenir aux besoins quotidiens de ma famille au pays, j’envois de temps à autres de l’argent. Je m’aperçois que l’argent que j’envoie n’est pas utilisé à bon escient. Après enquête, je me rends compte que l’argent a été détourné. Je me demande : est ce qu’il ne serait pas judicieux de penser à mettre sur pied un système qui permette d’intervenir directement dans le besoin qu’on veut combler comme les fournitures scolaires, la santé ou les produits de première nécessité. C’est comme ça que je décide avec certains amis de mettre sur pied Sira international. Ça n’a pas été facile. Il a fallu beaucoup de temps parce qu’il fallait déjà analyser la faisabilité du projet. Après analyse, je me suis aperçu que j’étais seul sur le créneau. Je me suis entouré de techniciens, d’ingénieurs spécialisés en marketing et en informatique. On a pris environ trois ans pour travailler sur ce projet ensemble. Et le 14 avril 2011, Sira international a vu le jour.

Quels sont les produits que vous proposez dans l’ensemble ?
En première ligne, vous avez les produits de première nécessité à savoir des boîtes de conserve (tomates, sardines etc), les céréales (riz, pâtes alimentaires), les boissons (sodas camerounaises : top ananas, top grenadine et des bières aussi). En fait, nous proposons des produits qui font partie du quotidien au Cameroun. Au delà des produits alimentaires, nous proposons aussi la prise en charge médicale qui est en train d’être finalisée. Elle consistera à mettre sur pied une petite assurance maladie à laquelle on pourra souscrire pour un membre de sa famille afin d’être pris en charge en cas de maladie, exactement comme cela peut se passer en Europe.

Où en êtes-vous actuellement ?
Nous sommes en train de finaliser les partenariats (signature) ; nous prenons le temps et le soin de choisir des partenaires fiables, avec pignon sur rue et une identité connue de tous. Bref, des partenaires sans reproche. Les partenaires (médecins, cliniques, pharmacies) sont donc en train d’être sélectionnés selon ces critères, puis viendra ensuite la mise en place des différentes formules.

Pour revenir à l’offre des produits de première nécessité, quels sont vos partenaires au Cameroun ?
Nous avons un partenaire qui est basé au marché central de Yaoundé, qui a également des magasins à Douala. Ce qui nous permet de couvrir Douala, Yaoundé et Bafoussam. Nous travaillons avec eux mais il arrive parfois que nous sollicitions certains acteurs économiques qui ne sont pas encore entrés dans nos fichiers. Ils connaissent le process Sira International mais ne font pas encore partie intégrante de ce process.

Dites-nous exactement comment ça se passe lorsqu’on veut offrir des produits à sa famille au Cameroun ?
Concrètement, vous allez sur le site Internet dans la rubrique des produits qui vous intéresse, vous les sélectionnez et vous les mettez dans le panier. Une fois que vous avez mis vos produits dans le panier, vous avez la possibilité de régler vos achats ou continuer vos courses. Une fois que vous avez terminé vos courses, vous procédez au règlement de votre commande. Et pour procéder au payement de votre commande, vous indiquez dans un formulaire vos noms, prénoms, adresses en France ou partout dans le monde, vos contacts téléphoniques et mails, les coordonnées du bénéficiaire à destination (son nom, prénom, numéros de téléphone et puisqu’au Cameroun principalement il n’y a pas d’adresse, le lieu-dit par exemple carrefour Mvog-Mbi). Une fois validée et réglée, votre commande est transmise par Sira International France au partenaire à destination qui à son niveau vérifie à nouveau la commande et confirme la disponibilité des produits commandés. Votre commande est ensuite préparée, le bénéficiaire contacté dans la foulée pour convenir des modalités de retrait ou de livraison. Pour l’instant la livraison est gratuite ainsi que les frais de traitement de dossier.

Simplice Nana, fondateur de Sira International

Sira International)/n

Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés ?
Notre principale difficulté, c’est le manque d’organisation de nos bénéficiaires. Il arrive que des bénéficiaires soient absents au moment de la livraison alors que l’heure et la date de livraison ont été convenues d’un commun accord. Ça crée évidemment des retards et des rallongements de délai sur les livraisons en attente. Heureusement, nous arrivons pour l’instant à tenir un délai maximum de 72heures pour nos livraisons. Quelques fois en 24heures c’est livré. Pour l’heure, nous ne nous occupons pas encore des produits périssables comme le poisson ou la viande.

Un mot sur l’équipe avec laquelle vous travaillez
C’est une équipe pluridisciplinaire et compétente qui fait mentir l’idée selon laquelle les Africains ne seraient pas sérieux. Nous avons des spécialistes en communication qui assurent le relais avec les médias, une équipe marketing qui gère la promotion de notre activité et nous garantit une présence et un relais permanents sur les réseaux sociaux facebook, twitter, une équipe informatique (composée d’un développeur, d’un infographe et d’un webdesigner) qui gère l’aspect technique de notre site internet. Nous avons également un retour très positif de nos clients car nos livraisons sont effectuées en temps et en heure, et les délais que nous annonçons sont en grande partie respectés. Ceci n’est possible que grâce à la formidable équipe terrain au Cameroun qui ne ménage pas ses efforts pour satisfaire nos clients et parfois effectuer les livraisons dans des conditions plus que difficiles.

Parlez nous de vous
Je suis né à Douala au Cameroun. J’ai passé une partie de mon enfance à l’Ouest. J’ai obtenu un baccalauréat Pro Gestion et Comptabilité et ai directement intégré le monde du travail. Deux ans après, je créais ma première entreprise dans le BTP dénommé ENTROBAT. A partir de là, les choses sont allées très vite. Par la suite je me suis retrouvé en France parce que je voulais découvrir autre chose. En France, je me suis inscris à l’école française de comptabilité où j’ai obtenu un DECF (diplôme d’études comptables et financières).

Quels sont les conseils que vous donnerez aux jeunes sur l’entreprenariat web
Le conseil que je donnerais aux jeunes qui veulent se lancer dans l’entreprenariat web c’est d’effectuer une bonne analyse et une étude du marché en amont. Se poser les bonnes questions sur le produit ou le service qu’on veut proposer : est ce que quelqu’un viendrait l’acheter sans se prendre la tête ? Est-ce que je l’achèterais moi, si on me le proposait ? Est-ce qu’il est digne de confiance, est ce que c’est du concret ? A partir de là, faire une étude de faisabilité. Et choisir des outils fiables, même s’ils coûtent plus chers. Des amis m’ont souvent demandé pourquoi faire un site par un développeur alors qu’il existe aujourd’hui des kits web qui ne coûtent rien. Mais au niveau fiabilité ça coûte quoi ? Au niveau sécurité internet ça donne quoi ? Aujourd’hui il y a des clients qui viennent sur notre site avec des cartes frauduleuses, mais on les repère. Enfin, il faut savoir s’entourer des bonnes personnes : faire ce qu’on sait le mieux faire et laisser les autres faire ce qu’ils savent le mieux faire, organiser le travail et se fixer des objectifs à court et moyen terme. Notre site internet www.sira-international.fr est visité aujourd’hui par au moins 1000 personnes par jour et on a des pics à 3250. Ce que je pourrais dire aux jeunes qui veulent lancer dans le web, c’est que le web c’est bien, c’est la découverte du monde. C’est en quelque sorte être loin et proche à la fois. Par exemple je suis à Paris je vends des produits à quelqu’un aux Etats Unis, je ne suis pas obligé de me déplacer. Il paye et je fais l’opération, je n’ai pas besoin de me déplacer. S’il fallait se déplacer, en logistique, on ne tiendrait pas. Mais le web ça nous permet de faire un maximum d’économie de coûts. Mais c’est indispensable de travailler avec des professionnels, de bien s’entourer, c’est tout ce que je peux dire. Et de vraiment croire en son projet et bien encadrer les choses. Ne pas se précipiter.

Un mot pour terminer
Je dirais aux lecteurs de journalducameroun que Sira International c’est le premier site qui permet à la diaspora depuis l’Occident d’offrir tout ce qu’ils veulent à leurs familles à destination. Il leur suffit juste d’aller par curiosité visiter le site internet et voir comment il est constitué, voir quelles sont nos offres de service, de voir quels sont leurs gains et avantages. Sira International c’est l’alternative au transfert d’argent. Jusqu’aujourd’hui nous avons toujours envoyé de l’argent à la famille en Afrique. En Occident, nous ne roulons par sur l’or, il faut se priver pour pouvoir venir en aide à la famille. Aujourd’hui Sira International est là pour permettre à la diaspora de cibler les besoins pour mieux y répondre. Sans perte de fonds inutile et en réglant l’essentiel. Et ça c’est l’alternative que Sira international apporte à toute la diaspora camerounaise. Très bientôt, l’offre s’étendra à d’autres pays d’Afrique. Nous avons déjà des projets pour le Niger, le Congo, le Bénin et la Centrafrique.


Sira International)/n
À LA UNE
Retour en haut