› Eco et Business

Société. Les chinois envahissent les marchés camerounais

Ils s’installent dans les centres commerciaux et les marchés ouverts!

La plupart des camerounais avaient découvert la Chine au travers de leurs films qui ont connu du succès dans bon nombre des pays africains. La génération actuelle est en train de découvrir ce pays à travers le commerce, nouveau secteur dans lequel la Chine enregistre de bons points. A Yaoundé comme à Douala et dans d’autres métropoles camerounaises, les chinois imposent leurs produits. Au point où certains camerounais ont même fini par adopter le terme « chinois » pour désigner une chaussure ou tout autre article venu de ce pays. A Yaoundé, les magasins chinois sont presque partout. A Ekounou, Mvog mbi Biyem assi Acacia, Rond point express etc. les chinois répondent présents, et impriment leur marque autant que faire se peut. Dans leurs magasins, on retrouve une gamme variée d’articles allants de l’électro ménager à l’industrie d’habillement en passant par la décoration.

Dans l’un de leur magasin où nous sommes rendu ce 18 février, des appareils musicaux des téléviseurs des plaques à gaz des DVD sont étalés dans divers rayons. Un peu plus au fond du magasin on retrouve des fleurs des chaussures pour hommes femmes et enfants, des objets de décoration, des tables etc.
A l’extérieur, sont exposées des chaises blanches pour les bars, des petites tables, des valises des sacs de voyage, des bassines pour les nouveaux nés, bref c’est quasiment tout un marché qui y est concentré. Sur chaque marchandise, sont bien indiqués les prix de vente. A côté on peut encore lire des anciens prix rayés pour montrer aux clients que les prix ont subi une baisse sensible.
Dans un coin du magasin, se trouve le bureau du principal responsable du magasin. A ses côtés on note la présence de quatre autres jeunes chinois, la famille sans doute. La communication entre les maîtres des lieux et nous ne sera pas fructueuse. On ne parle pas aux journalistes. Même en faisant comprendre à ces « frères » que notre démarche n’aura aucun impact négatif, la réponse restera la même. Non.
Il aura donc fallu discuter avec les jeunes employés de nationalité camerounaise pour avoir encore plus d’informations relatives à notre reportage. On apprendra alors que leurs patrons sont au Cameroun depuis près de 6 ans et ont près de 5 magasins dans la ville de Yaoundé. Et que d’autres chinois ont également des magasins un peu partout dans la capitale camerounaise.

On apprendra aussi que lors de la fête de la saint Valentin, fête des amoureux, le 14 février dernier, les magasins chinois ont fait de bonnes affaires par la vente des fleurs simples, et des pots de fleurs. Notre source nous révèle aussi que durant les deux derniers mois, les client se sont beaucoup plaints des articles « made in china » qui sont tombés en panne quelques temps après l’achat. Les clients en question ont été aménés à changer les appareils car [ b dans les magasins chinois, on ne rembourse pas l’argent]

Si les rapports avec leurs patrons sont bons, les employés camerounais se plaignent de leur surexploitation. « Nous travaillons de 7h30 à 20h de lundi à dimanche. Comme nous sommes deux, nous pouvons nous reposer le dimanche en nous relayant » disent-ils. Ce travail leur vaut 30000francs CFA de salaire mensuel. Pour mieux imposer et écouler leurs produits, les commerçants chinois les éparpillent dans des marchés de fortune où des revendeurs les mettent à la disposition des populations éloignées des grands centres commerciaux.

Magasin chinois à Yaoundé
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut