Opinions › Tribune

Soins de santé pour tous: lettre ouverte au président de la République

Par l’Association Action pour l’Humanisation des Hôpitaux (Acthu)

Monsieur le président, Au moment où la communauté sanitaire célèbre la 3eme édition de la Journée de Solidarité aux Malades (Jsm), permettez-nous d’attirer votre attention sur les disparités dans l’accès aux soins de santé et l’urgence de la mise sur pied d’une Couverture Maladie Universelle (Cmu) dans notre pays.

Ces dernières années, les efforts du gouvernement visant à faciliter l’accès aux soins de santé de qualité sont visibles à travers notamment la gratuité de certains vaccins et le traitement de certaines maladies. Mais, beaucoup reste à faire car la santé est encore inabordable pour la plupart des patients et leurs familles.

Quelques exemples illustrent ce mal-être :
-Chaque année, des centaines de vos compatriotes sont faits prisonniers ou voient leurs pièces officielles confisquées dans des hôpitaux publics parce qu’ils ont été incapables de régler leur facture. En moins de six moins de fonctionnement, le naissant centre des urgences de Yaoundé a perdu plus de 30 millions de f CFA à cause des patients insolvables.

-Le Service d’Aide Médicale d’Urgence(Samu) spécialisé dans les urgences pré hospitalières est financièrement hors de portée des personnes moins nanties. Ce service souffre d’un manque d’ambulances, de personnel d’astreinte et d’argent. Entre 2010 et 2013, les pouvoirs publics ont pourtant octroyé au Samu plus de 200 millions de f CFA qui ont été détournés.

-Avec environ 800 décès par an sur cent mille naissances, le taux de mortalité maternelle et infantile croit sans cesse. Malgré cela, les examens pré nataux et l’accouchement sont encore payants. Si les coûts des kits d’accouchement sont officiels, les contenus de ces kits sont soigneusement cachés aux parturientes qui, ne disposant pas d’information, continuent à être rackettées par des personnels véreux sans pouvoir rien revendiquer.

Il faut ajouter à ce manque de transparence, la sécurité approximative des maternités. Le Ministre de la santé n’avait-il pas, dans un communiqué paru le 6 mars 2012 dans le quotidien Cameroon Tribune, promis ceci : «Il est porté à la connaissance du public que pour renforcer la sécurité des bébés dans les hôpitaux, le Ministre de la santé prescrit que les personnes accompagnant une parturiente soient désormais présentées par elle et formellement identifiées par une carte d’identité dans un registre et le port d’un badge d’accès à la maternité. Il est prescrit par ailleurs la limitation des accompagnants à deux maximums et demandé à chacun le strict respect des zones de restriction d’accès et des heures de visite aux malades(.)»

-Le système de paiement à l’hôpital Laquintinie appelé Code est un véritable cauchemar pour les patients démunis. Il continue à appauvrir des familles qui maudissent ouvertement cette institution, à créer des frustrations et surtout à affecter les finances de cet hôpital où les détournements des fonds ont fait leur lit à l’instar des frais de caution à la banque de sang et les fonds de prise en charge des employés des entreprises.

Monsieur le président,
La réforme hospitalière dont les études de mise en uvre ont mobilisé de dizaines d’experts et d’importants moyens financiers ne connait toujours pas de suite favorable. Si elle est effective, cette réforme qui se penche sur la technologie hospitalière, les ressources humaines et financières pourrait orienter et accélérer la marche vers une Couverture Maladie Universelle.

En effet, la couverture de santé universelle est un droit humain consacré par l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme indispensable pour appliquer la Déclaration d’Alma-Ata sur la santé pour tous. Etant donné que les patients et leur famille sont les meilleurs partenaires pour faire avancer les efforts de sécurité en soins de santé, nous avons élaboré des principes de la couverture maladie universelle du point de vue du patient.

Principes régissant l’accès universel aux soins de santé
Nous croyons que ces principes doivent être les éléments de travail de base des services de santé.

1. Accessibilité
Tous les patients ont le droit d’accéder aux services de soins de santé dont ils ont besoin.

. Ce droit d’accès comprend les services de prévention appropriés, de soins d’urgence, de diagnostic et de traitement spécialisés, les soins communautaires de réadaptation et de fin de vie.

. La prestation des soins de santé doit être intégrée et à jour.
Les patients doivent choisir les professionnels de la santé qu’ils voient et des services qu’ils reçoivent.

. Tous les services doivent être physiquement et financièrement accessibles aux patients.

. Les systèmes de santé ont besoin d’innover et de travailler à fournir des soins plus efficaces aux patients, y compris pour les maladies négligées et rares. Cela devrait inclure le soutien pour: la recherche clinique (y compris l’accès des patients aux essais cliniques appropriés), l’amélioration de la technologie et des appareils, de meilleures procédures médicales et chirurgicales et le traitement.

2. Equité
Toutes les personnes, indépendamment de la maladie ou de l’état, l’âge, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la situation géographique, le statut socio-économique et juridique, doivent avoir un accès équitable et impartial aux soins de santé.

3. Qualité
Il ne suffit pas pour tous les patients d’avoir seulement accès aux soins de santé. Cette disposition doit être du plus haut niveau possible, y compris un engagement des services envers l’apprentissage et l’amélioration.

La qualité des soins de santé doit être définie par les patients.
. Les patients doivent être traités par des professionnels de la santé qualifiés et bien formés, y compris les spécialistes appropriés.

. Tous les soins de santé doivent être sûrs, efficaces et fondés sur les meilleures preuves disponibles.

. Les indicateurs de qualité définis par le patient, y compris le bien-être et l’expérience du patient sont essentiels pour assurer le suivi des progrès et des améliorations durables.

. les mécanismes robustes de feedback des patients doivent être utilisés dans tous les services de santé pour améliorer en permanence la santé. Cela signifie que les professionnels, les fournisseurs et les autres parties prenantes devraient collecter, analyser et agir sur des données quantitatives et qualitatives afin d’améliorer la qualité des services. Là où il y a un défaut de délivrance des soins de santé d’un niveau acceptable, les patients ont le droit (et doivent se sentir en mesure) de porter plainte sans crainte de représailles.

4. Soins centrés sur le patient
Les patients sont des personnes ayant des besoins de santé et des objectifs de vie différents. Toutes les parties prenantes doivent travailler ensemble pour comprendre les besoins des patients, de leurs familles et des soignants; et veiller à ce que les services de santé répondent à ces besoins.

. Les professionnels de santé, les fournisseurs et autres parties prenantes doivent mettre en priorité les besoins et les objectifs exprimés par les patients lors de la livraison et l’amélioration des soins de santé.

. les décisions sur les soins de santé doivent être un dialogue entre le patient et l’équipe soignante.

. les professionnels et les fournisseurs de soins de santé doivent s’assurer que les patients comprennent leurs droits et responsabilités.

5. Autonomisation
Les patients doivent pouvoir être véritablement impliqués dans la prise de décision sur les soins de santé dans une variété de façons à un niveau local et national.

. Les patients et les associations de patients doivent être respectés et avoir la confiance des professionnels, des fournisseurs et d’autres parties prenantes pour participer à la prise de décision sur les soins de santé.

.Les patients doivent choisir leur niveau de contribution. Ils doivent dire comment ils comptent participer à la prise des décisions concernant leur santé et quelles sont les informations qu’ils souhaitent recevoir.

. Les professionnels de santé et les autres parties prenantes doivent encourager et faciliter la participation active des patients dans la prise des décisions concernant leur santé, conformément aux souhaits exprimés par les patients. La formation et autre soutien peuvent aider à renforcer les capacités des patients et des associations de patients, par exemple à travers une meilleure connaissance de la santé, de la prise de décision partagée et d’autres programmes de formation.

6- Collaboration
Les patients ont un droit moral et éthique à jouer un rôle significatif dans l’élaboration des politiques de santé. Les services de santé doivent impliquer activement les patients dans la conception et la prestation des soins de santé.

. Faire participer les patients à la prise de décision de santé permet de s’assurer que les politiques reflètent les besoins, les préférences et les capacités des patients et des soignants.

. Les associations de patients devraient participer à l’élaboration et à la prestation des politiques au niveau local et national. Ces organisations et groupes sont un moyen valable pour les patients d’être impliqués dans les décisions de soins de santé et l’élaboration des politiques. Les associations de patients doivent refléter les opinions et les besoins de leurs membres et leur constitution.

7. Durabilité et valeur des soins de santé
Toutes les parties prenantes doivent reconnaître la valeur des soins de santé au moment d’investir dans la couverture maladie universelle.

. L’accès aux soins de santé abordables, équitables et de haute qualité, bénéficie à tous et soutient la productivité économique.

. Le gouvernement et les autres intervenants de la santé doivent fournir un financement adéquat pour la couverture maladie universelle. Ils doivent examiner comment les ressources peuvent être allouées pour atteindre des résultats optimaux de santé, réduire le gaspillage et l’inefficacité et assurer la viabilité des services de santé.

8- Responsabilité et transparence
La responsabilité et la transparence sont essentielles à la prestation des soins de santé sûrs, efficaces et abordables. Tous les intervenants doivent être tenus pour responsables des engagements qu’ils ont pris de mettre en uvre la couverture maladie universelle.

. Les services de santé doivent rendre compte aux patients qu’ils servent. Il doit y avoir une volonté d’ouverture et de transparence lors des enquêtes, des interventions et des rapports sur les incidents et les problèmes de la qualité des soins de santé, et à une utilisation responsable des données du patient conformément à la législation pertinente.

. Les patients doivent reconnaître leurs responsabilités, et être responsables de leurs actes, notamment en s’engageant à utiliser les ressources de santé de manière appropriée. Les patients doivent choisir le rôle qu’ils tiendront dans leur propre santé et comprendre l’impact que ces choix peuvent avoir sur leur bien-être.

Nous appelons le gouvernement et d’autres intervenants dans la santé à soutenir et à mettre en pratique ces principes afin d’assurer un accès équitable aux soins de haute qualité à tous les citoyens. Car, la santé de la population est un pilier incontournable de l’émergence.


mintour.gov.cm)/n



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé