› International

Somalie: La piraterie gagne du terrain

La marine française a remis les huit pirates interceptés dans le golfe d’Aden aux autorités somaliennes

Après avoir déjoué une attaque dans le golfe d’Aden, la marine française a remis huit pirates aux autorités somaliennes vendredi, tandis que des forces étrangères tenaient en échec d’autres actions menaçant les voies de navigation qui relient l’Europe à l’Asie. La recrudescence des actes de piraterie au large de la Somalie et dans le golfe d’Aden a fait de cette région la plus dangereuse du monde pour les navires commerciaux. La frégate française qui a intercepté les pirates jeudi agissait dans le cadre de l’opération européenne anti-piraterie Atalante, placée sous commandement britannique et mise en place le mois dernier. »La marine française nous a remis huit pirates somaliens qu’elle avait capturés », a déclaré à Reuters Abdullahi Saïd Samastar, ministre de la Sécurité du Puntland. « Nous exhortons tous les autres pays à combattre les pirates et à les remettre ensuite au Puntland ».

Bien que le Puntland, région semi autonome, s’administre depuis quelques années avec une indépendance relative envers le sud de la Somalie livré au chaos, son territoire sert de base à des pirates, qui engrangent des millions de dollars de rançons. Certains analystes pensent que des responsables du Puntland sont complices des attaques. Mais les autorités de cette région pauvre et aride nient toute implication dans la piraterie et font savoir que 96 pirates sont désormais sous les verrous. Le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, porte-parole de l’état-major des armées françaises, fait état d’un accord diplomatique aux termes duquel les autorités somaliennes sont tenues de poursuivre et de sanctionner les pirates.

Pirate somalien à bord d’un cargo

huntoftheseawolves.net)/n

Ces embarcations transportant huit Somaliens ont été stoppées et les militaires français ont découvert à bord six fusils-mitrailleurs AK47, un lance-roquette RPG, des munitions, deux échelles d’abordage, un grappin et un GPS. Quelques jours plus tôt, La présidence française a précisé dans un communiqué que les « 19 pirates somaliens qui ont tenté de s’emparer des deux cargos ont été interceptés » et « seront transférés aux autorités somaliennes ».Les pirates « étaient en possession d’armes de guerre, de munitions et de matériels d’abordage », ajoute le communiqué. L’opération, menée par la frégate de lutte anti-sous-marine « Jean de Vienne », intervient trois jours après une autre intervention de la marine française ayant permis de déjouer une attaque contre un cargo panaméen. Au total, c’est la cinquième fois qu’un navire français intervient au large des côtes somaliennes depuis le mois d’avril.

Jeudi, un navire de guerre français, participant à l’opération anti-piraterie européenne Atalante déclenchée le 15 décembre, avait déjoué une attaque de pirates somaliens présumés, contre un cargo battant pavillon du Panama. Huit suspects avaient été interceptés pour être remis aux autorités somaliennes. Selon le ministère de la Défense, il s’agit des cinquième et sixième interventions militaires françaises ayant permis « d’intercepter des pirates ou des suspects » dans cette zone à hauts risques. Avant les trois interventions de début janvier, 6 pirates avaient été interceptés le 7 avril 2008 après la libération des otages du voilier français Ponant. Le 2 septembre, 6 l’avaient été après la libération des otages du Carré d’As, autre voilier français. Le 23 octobre, 9 suspects avaient été interceptés en mer et remis aux autorités somaliennes du Puntland, région autonome autoproclamée du nord-est de la Somalie

La Somalie, au large de l’océan Indien

www.tlfq.ulaval.ca)/n

À LA UNE
Retour en haut