› International

Somalie: La sécheresse et la hausse des prix des denrées alimentaires occasionnent la famine

L’ensemble de la Corne de l’Afrique est aussi frappée par cette sécheresse

Un demi-million d’enfants risquent de mourir de faim dans l’est de l’Afrique en raison de la sécheresse et de la hausse des prix des denrées alimentaires, a prévenu l’Unicef. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance souligne que, sur l’ensemble de la région, plus de deux millions d’enfants souffrent de malnutrition. Il ajoute que la situation s’est fortement dégradée en raison de la pire sécheresse qu’ait connue la région en 60 ans, de la hausse des prix des denrées alimentaires de base et du conflit qui déchire la Somalie depuis des années, ce qui provoque de grands déplacements de population. Le taux de malnutrition dans la Corne de l’Afrique a ainsi augmenté de 50% au cours de l’année écoulée. Nous avons plus de deux millions d’enfants qui souffrent de malnutrition. Un demi-million de ces enfants sont en danger de mort à l’heure actuelle, a dit Marixie Mercado, porte-parole de l’Unicef, au cours d’une conférence de presse. Pour faire face à cette crise de la Somalie à l’Ouganda, en passant par l’Ethiopie, Djibouti et le Kenya, l’Unicef a lancé un appel de fonds de 22,2 millions d’euros. Selon le Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU, l’appel à la mobilisation de la communauté internationale en faveur de la Somalie est pressant. Alors que des dizaines de milliers de Somaliens fuient les violences et la famine vers les pays voisins, le Haut commissaire du HCR Antonio Guterres a déclaré depuis Addis Abeba que son principal objectif était d’obtenir de la communauté internationale qu’elle s’engage plus activement pour éviter un désastre humanitaire. S’il y a une population qui aujourd’hui endure la pire tragédie humanitaire au monde, c’est la population somalienne, a-t-il témoigné après avoir visité des camps de réfugiés somaliens en Ethiopie.

Quelque 1.700 Somaliens arrivent quotidiennement dans la région éthiopienne de Dolo Ado (sud-est), près de la frontière, à la recherche d’eau et de nourriture, selon le HCR qui s’inquiète d’un manque de financement pour les opérations humanitaires. Les humanitaires opérant dans le sud-est de l’Ethiopie risquent d’être submergés faute d’une aide internationale plus rapide et plus robuste destinée à répondre à la crise des déplacements provoquée par la sécheresse dans la Corne de l’Afrique, a averti Mme Fleming. En juin, environ 54.000 Somaliens se sont réfugiés au Kenya et en Ethiopie, selon le HCR. L’ONU a récemment indiqué que plus de 135.000 Somaliens ont fui leur pays depuis le début de l’année, créant une tragédie humaine inimaginable. L’ensemble de la Corne de l’Afrique est frappée par la sécheresse. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) estimait que plus de deux millions d’enfants y sont mal nourris, dont environ 500.000 sont en danger de mort à ce stade. C’est une progression de 50% par rapport aux chiffres de 2009, a fait valoir une porte-parole de l’agence onusienne, Marixie Mercado.

Le HCR, qui gère le camp, rencontre ainsi de plus en plus de difficultés à assurer les services essentiels tels que l’accès à l’eau, à l’éducation et à des conditions sanitaires élémentaires. Une douzaine d’organisations humanitaires britanniques, dont Oxfam, Care et World Vision, ont lancé un appel conjoint pour venir en aide à plus de 10 millions de personnes en Afrique de l’Est. Une haute responsable de l’Agence publique américaine du développement (USAID) a estimé que la sécheresse va s’aggraver d’ici à la fin de l’année, créant un risque de famine dans les régions de Somalie les plus touchées.

Un demi-million d’enfants risquent de mourir de faim dans l’est de l’Afrique en raison de la sécheresse
unhcr.fr)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé