› International

Soudan du Sud: 5 casques bleus tués

Les victimes sont tombées dans une embuscade tendue par des assaillants non identifiés

Cinq casques bleus et sept civils pris dans une embuscade ont été tués mardi 9 avril 2013. Les douze victimes ont été la cible des assaillants non identifiés à proximité du village de Gurumuk, dans l’Etat du Jonglei. Neuf autres Casques bleus et personnels civils ont été blessés et certains sont portés disparus. La représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour le Soudan du Sud, Hilde Johnson, a condamné avec fermeté ces meurtres. «Mme Johnson présente ses plus sincères condoléances aux familles de tous les Casques bleus, collègues et civils tués lors de l’attaque», indique un communiqué de presse de la MINUSS. Même son de cloche du côté des Etats Unis. Le porte-parole du département d’Etat américain Patrick Ventrell a déclaré que son pays condamnait « dans les termes les plus forts » l’attaque menée par des activistes inconnus contre un convoi de l’ONU, lors de laquelle cinq soldats indiens et au moins sept civils ont trouvé la mort, et plusieurs autres personnes ont été blessées. Les Casques bleus effectuent régulièrement des patrouilles dans ce secteur de l’État de Jonglei afin d’y assurer la protection des civils et escorter les convois d’aide humanitaire. Plus vaste État du Soudan du Sud, Jonglei est le théâtre de violences intercommunautaires depuis la sécession de ce pays, en juillet 2011.

La MINUSS a été déployée par le Conseil de sécurité ce même mois afin de consolider la paix et la sécurité et d’aider à établir des conditions propices au développement dans la plus jeune nation du monde. La semaine dernière, la Mission avait rendu publique les conclusions de son enquête au sujet d’un incident, survenu le 8 février dernier, au cours duquel au moins 85 gardiens de troupeaux, principalement des femmes et des enfants, avaient été massacrés. Un groupe d’hommes armés, vraisemblablement issus de la tribu des Murle, aurait attaqué des éleveurs Lou Nuer alors que ceux-ci conduisaient leurs troupeaux vers des pâturages, affirme la Mission. Le Soudan du sud est secoué par une crise alimentaire que les violences pourraient accentuer. Le nouvel État est confronté à une insécurité alimentaire qui inquiète l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM). D’après les deux agences, près de 5 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population du Soudan du sud, souffrent d’insécurité alimentaire.


www.lexpress.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut