Sport › Football

Soupçons de corruption à la FIFA: Sepp Blatter jette l’éponge

Quatre jours seulement après avoir été élu pour un cinquième mandat à la tête de l’instance internationale de football, le président de la Fifa a annoncé sa démission mardi, 02 juin, à Zurich

Sepp Blatter a annoncé mardi sa démission de la présidence de la Fifa et la tenue « le plus rapidement possible » d’un congrès extraordinaire pour élire un nouveau président.

Blatter, 79 ans, a fait cette annonce lors d’une conférence de presse à Zurich quatre jours après avoir été réélu pour un cinquième mandat à la tête de la principale instance internationale du football.

Plus tôt dans la journée, la Fifa avait démenti l’implication de son secrétaire général, Jérôme Valcke, et de tout autre membre de son actuelle direction dans un transfert de 10 millions de dollars au c ur d’un scandale de corruption sur lequel enquête la justice américaine.

Une démission qui intervient quelques heures à peine après les nouvelles accusations du New York Times portées contre le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA et bras droit de M. Blatter.

Le quotidien américain a accusé M. Valcke d’être le responsable d’un virement de 10 millions de dollars sur des comptes gérés par l’ancien vice-président de l’organisation Jack Warner, mis en cause par la justice américaine dans un scandale de corruption.

Retour sur l’affaire
Des juges américains ont interpellé mercredi dernier, 27 mai, à Zurich, sept responsables de l’organisation, soupçonnés de corruption. L’arrestation survenait à la veille de la tenue de l’élection du président de la FIFA. De nombreux pays, à l’instar de la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, avaient immédiatement demandé un report afin de faire la lumière sur cette affaire.

Seulement, soutenu par d’autres pays et continents, comme la Russie, qui s’est vu attribuer l’organisation de la Coupe du monde 2018, et l’Afrique, qui a abrité la Coupe du Monde 2010, la Fifa a maintenu l’élection de son président vendredi dernier. Election qui a vu la victoire de Sepp Blatter pour un cinquième mandat, qu’il n’exercera pas avec sa décision prise le 02 juin.

Dans un rapport présentant les résultats d’une enquête menée sur plusieurs années, la justice américaine a dressé un état des lieux accablant d’une corruption «endémique», au sein de la FIFA. Les quarante-sept chefs d’inculpation retenus contre neuf responsables de la FIFA, dont deux vice-présidents, et contre cinq partenaires, les accusent de «racket, fraude et blanchiment», sur une période de vingt-cinq ans, durant laquelle ces responsables du football mondial auraient «sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions» en échange notamment des droits médiatiques et marketing pour les tournois internationaux de football.

Les faits de corruption concernent notamment l’attribution des droits pour le centenaire de la Copa America, l’an prochain aux Etats-Unis, ou encore l’attribution de la Coupe du monde 2010 à l’Afrique du Sud.

Dans une procédure distincte, le parquet suisse a annoncé avoir saisi des documents électroniques au siège de la FIFA, à Zurich, dans le cadre d’une procédure pénale contre X pour soupçon de blanchiment d’argent et gestion déloyale entourant les attributions des Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.

Le « Sunday Times », journal anglais paraissant le dimanche, a révélé il y a un an, que de nombreux présidents de fédérations africaines, y compris le président de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou, auraient perçu des pots de vin pour soutenir la candidature du Qatar pour l’organisation de la Coupe du monde 2022. Ce que les concernés ont toujours démenti.

Issa Hayatou, par ailleurs vice-président de la Fifa, a été auditionné par la police helvétique mercredi dernier en Suisse dans le cadre des faits de corruption sur lesquels enquête la justice américaine.

Dans une interview accordée ce mardi à la radio publique nationale camerounaise, peu avant la démission du président de la FIFA, le président de la CAF a affirmé avoir apporté son soutien à Sepp Blatter pour son cinquième mandat. « Il a vraiment aidé le continent par l’attribution de la Coupe du monde 2010», a déclaré Issa Hayatou. Le Camerounais est revenu également sur les soupçons de corruption qui courent sur sa personne. « ça fait 20 ans qu’on m’accuse. Surtout la presse camerounaise et la presse anglaise. Ce sont les deux presses qui racontent des choses sur mon compte. Mais ça ne fait rien, c’est la vie », a affirmé Issa Hayatou.

La justice américaine a indiqué que les interpellations menées mercredi dernier n’étaient que « le début » d’une vaste opération.

Le président de la FIFA, Sepp Blatter, a démissionné de son poste mardi, 02 juin, à Zurich
Reuters)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé