Politique › Institutionnel

Sous les balles de Boko Haram, un officier camerounais perd la vie

Trois autres soldats ont également été blessés au cours d’une embuscade des éléments de la secte islamiste nigériane, samedi soir à Limani dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun

Hommage au capitaine Robert Djinebo. Commandant du secteur du Bataillon d’intervention rapide (BIR, unité d’élite) de la localité de Limani, dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, il a trouvé la mort samedi soir, 17 octobre 2015. C’était au cours d’une embuscade tendue par des présumés membres de la secte islamiste Boko Haram dans le village Wambeche.

L’officier camerounais conduisait sa patrouille de surveillance à bord d’un véhicule, lorsqu’il a été la cible avec ses éléments de tirs d’armes lourdes aux environs de 17H00 (16H00 GMT) dans cette localité qui fait partie de la ligne de front de la guerre que le pays mène contre ce groupe terroriste.

Trois autres soldats, qui faisaient partie de l’équipe, ont également été grièvement blessés au cours de cette attaque menée à l’arme lourde à la lisière de la frontière avec le Nigeria.

Cette agression à distance intervient alors que Boko Haram avait, depuis quelques semaines, muté son mode opératoire à travers des attentats kamikazes dans certaines agglomérations de l’Extrême-Nord et du Nord impliquant généralement de jeunes filles.

L’attaque intervient aussi au lendemain de la réception, par l’armée camerounaise, d’un important don de matériels américains constitué en grande partie de véhicules de combat.

La cérémonie a eu lieu vendredi, juste après une audience accordée par le président Paul Biya au chef du commandement américain en Afrique, le général David Rodriguez avec qui il a discuté de l’appui des Etats-Unis dans la lutte conte le groupe terroriste Boko Haram.

Ces marques d’appui et d’encouragement coïncident avec l’annonce du déploiement de 300 soldats américains en charge de conduire des opérations de renseignement, de surveillance et de reconnaissance dans la région de l’Extrême-Nord, en proie aux attentats terroristes.

Elles arrivent aussi alors que le pays vient d’acquérir 6 drones de marque «ScanEagle» auprès du constructeur américain Insitu Inc, pour quelque 5 milliards FCFA, en vue des opérations d’observation et d’alerte «en soutien de l’offensive antiterroriste au Cameroun».


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé