Sport › Football

Stéphanie Tchuenté: « On aimerait évoluer en D2 la saison prochaine »

La présidente du Programme d’actions humanitaires pour le social et le développement (PAHSD) parle des ambitions de son club, qui vient de s’engager dans le championnat civil du Cameroun

Votre club, A.S PAHSD, devait affronter ce matin en match amical les Lions Espoirs du Cameroun mais la rencontre n’a plus eu lieu, l’équipe ayant quitté le pays ce jour (mercredi 18 mars) pour Harare, où ils affrontent le Zimbabwe en match aller des éliminatoires des jeux africains 2015. Quel était l’objectif visé quand vous avez demandé à jouer cette rencontre?
Nous sommes une nouvelle équipe et cette rencontre devait d’abord permettre de créer une certaine cohésion dans notre équipe. Ensuite, elle devait permettre à nos jeunes joueurs d’apprendre auprès de ceux qui ont de l’expérience. Pour nous, jouer contre des joueurs qui évoluent pour la plupart en première division apporterait un plus à nos enfants.

Votre équipe est-elle affiliée au championnat civil ?
Notre équipe est affiliée en D3 (championnat départemental) dans la Mefou et Afamba, région du Centre.

Quels sont les ambitions que vous vous êtes fixée pour cette jeune équipe?
Comme toute équipe de football, nous souhaiterions gravir très vite les échelons pour se retrouver dans le championnat d’élite du Cameroun. Et nous allons mettre tous les moyens en jeu afin d’aider les enfants pour que cela se réalise. Mais il ne faut pas oublier que le Programme d’actions humanitaires, c’est d’abord pour aider les enfants. Ce programme vise en priorité à contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural, urbain et périurbain.

Créer une équipe de football, est-ce la meilleure méthode pour la mise en marche du PAHSD?
Comme je l’ai mentionné tout à l’heure, l’un des objectifs du PAHSD c’est de contribuer à la réduction de la pauvreté au Cameroun. A travers le football, nous détectons les enfants qui ont du talent, les formons et les encadrons pour leur permettre d’évoluer. La majorité de ces enfants n’étaient pas dans les clubs. Maintenant qu’ils jouent ensemble, on se rend compte qu’il y en a plusieurs qui avaient des talents mais qui étaient au quartier.

Comment l’équipe se comporte actuellement sur le terrain?
Ça fait pratiquement deux mois que ces enfants jouent ensemble et on note une belle évolution sur le plan du jeu. Ces enfants ont déjà eu à gagner des équipes ayant déjà participé à plusieurs éditions du championnat avec des joueurs qui évoluent ensemble depuis des mois. Nous ne pouvons que les encourager et les demander d’aller de l’avant.

Quelle est votre politique pour cette association? Comptez-vous faire du sport et études ou rester sur la logique d’une équipe sénior?
On aimerait évoluer en D2 la saison prochaine et, à long terme, créer un centre de formation où les jeunes pourront dormir, se former et s’éduquer. Mais cela reste une vision à long terme. Pour l’instant, l’équipe est en division départementale et les joueurs se donnent déjà à fond afin de pouvoir monter en puissance. C’est déjà une belle progression qu’il faut encourager.

Quelles sont vos relations avec la Fécafoot?
Le PAHSD est une ONG qui a plusieurs volets et c’est dans le cadre du sport qu’on a voulu créer une équipe de football. Nous n’avons pas de relation particulière avec la Fécafoot. Nous évoluons selon la réglementation. Quand nous détectons certains joueurs, qui affirment appartenir à un club, nous allons prendre les renseignements à la Fécafoot pour leur libération.

Comptez-vous créer des équipes dans d’autres disciplines sportives?
Nous avons commencé par le football parce que c’est la vitrine sportive au Cameroun. Mais nous allons nous étendre dans d’autres domaines sportifs. Pour l’instant, nous avons une équipe senior de football. Nous allons en créer une dans la catégorie juniors et une équipe cadette dans les mois à venir.

Quelles sont les difficultés rencontrées sur le terrain?
Le domaine du football est assez complexe. Comme vous l’avez constaté, le désagrément qu’on a eu ce matin est choquant. Mais nous avons compris que nous devons nous habituer parce qu’on est appelé à être confrontés à ce genre de désagrément plus souvent.

Dans le contexte camerounais ce n’est pas facile d’entretenir une équipe de football au quotidien quand on n’a pas de rentrées financières conséquentes. Comment comptez-vous y parvenir?
Le PAHSD est un projet Suisse-Cameroun. Ce qui nous permet de fonctionner avec le crédit Suisse. Quand on lance un programme, il y a tous les statuts, avec des volets bien définis. De ce fait, un budget a été défini pour le volet sportif.

Stéphanie Tchuenté, Présidente du PAHSD
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé