› International

Succession de Benoît XVI: Les cardinaux entrent en conclave

A partir de ce mardi 12 mars, 115 cardinaux du monde vont se réunir en la maison Sainte- Marthe du Vatican afin d’élire un nouveau souverain pontife

Tout va commencer cet après midi. Dès 16h 45 tout le monde dehors entendra t-on. Seuls les 115 cardinaux âgés de moins de 80 ans resteront et le conclave sera ouvert. Ils viennent de 64 pays en tout et 60 d’entre eux sont européens et 69 vont participer à leur première élection. Pendant la durée des votes, ils seront logés à l’intérieur du Vatican, dans la maison Sainte-Marthe, où les chambres leur ont été attribuées par tirage au sort. Ils n’ont pas le droit d’en sortir. Environ 90 personnes seront à leur service, du médecin au technicien, de l’employée de maison au chauffeur. Ces derniers ont prêté serment hier 11 mars 2013: s’ils ne respectent pas le secret de ce qu’ils verront ou entendront, ils seront excommuniés. Outre les employés mis au secret, les cardinaux s’engagent au silence absolu, quelle que soit la durée du conclave. Un système de brouillage a été mis en place pour rendre téléphones ou tablettes inopérants. Les fenêtres des chambres de la maison Sainte-Marthe ont été condamnées. Pas un journal ne sera ouvert, pas un poste de radio ou de télévision allumé. Même le système électronique de mesure du taux d’humidité dans la chapelle Sixtine a été débranché.

A partir de mercredi 13 mars, l’emploi du temps des électeurs prévoit: petit déjeuner à 6h30, 7h45 procession vers la chapelle Sixtine, messe, prière, avant les votes du matin. 12h30 retour à la maison Sainte-Marthe, déjeuner à 13 heures. Ensuite retour à la chapelle Sixtine et votes à 16 heures, avant la prière des vêpres, puis le retour pour le dîner vers 19h30. Il y a deux scrutins le matin, deux l’après-midi, jusqu’à ce qu’un nom ait obtenu la majorité des deux tiers. Le dépouillement se fait toujours selon un rituel précis. Après dépouillement, les bulletins de vote sont brûlés dans un poêle. Tant que le pape n’est pas élu, un fumigène teinte la fumée en noir. Une fois élu, elle sera blanche, et les cloches de la basilique Saint-Pierre sonneront. Le cardinal Re, doyen de l’assemblée, demandera à l’élu: «Acceptez-vous votre élection canonique comme souverain pontife?» S’il répond « oui » il revêtira la soutane blanche, réservée au pape. Une fois la fumée blanche répandue c’est le cardinal français Jean-Louis Tauran qui proclamera le nom du nouveau pape, depuis le balcon de la basilique, recouvert d’un baldaquin de velours rouge. Il est le doyen des «cardinaux diacres », et cette annonce est liée à cette fonction. Il le fera en ces termes: «Je vous annonce une grande joie, nous avons un pape» Cette annonce est appelé «habemus papam», suivi du nom civil de l’élu, puis du nom pontifical qu’il s’est choisi. Le nombre de tours de l’élection est variable: Benoît XVI a été élu après quatre scrutins, Jean-Paul II en huit, et Jean-XXII en onze. Les vaticanistes pronostiquent la fin du scrutin pour jeudi ou vendredi.

18 avril 2005, avant l’ouverture du conclave qui prendra fin le lendemain avec l’élection de Benoît XVI

Abaca (Parismatch.com))/n

À LA UNE
Retour en haut