› International

Sud Soudan: Vers une crise humanitaire

Dans un récent rapport, l’Ong Médecins sans frontières tire l’alarme pour dénoncer la surmortalité infantile et les secours insuffisants et appelle à l’aide internationale

Selon une enquête épidémiologique menée dans deux camps de réfugiés au Soudan du Sud et publiée par l’ONG médecins sans frontières le taux de mortalité et de malnutrition est au-dessus des seuils d’urgence. « Depuis juin, ce sont, en moyenne, cinq enfants qui meurent chaque jour dans le camp de Yida, tandis que dans le camp de Batil, un enfant sur trois souffre de malnutrition. Le nombre d’enfants qui meurent dans le camp de Yida est accablant, et les 1 200 enfants sévèrement malnutris admis dans le programme nutritionnel de MSF à Batil ne sont que la pointe de l’iceberg », explique André Heller-Pérache, chef de mission MSF au Soudan du Sud. « La majorité de nos patients, dans les deux camps, sont des enfants malnutris affaiblis par la diarrhée, le paludisme ou les infections respiratoires. Pris dans un cercle vicieux qui entraîne des complications, beaucoup d’entre eux ne survivent pas. Nos équipes médicales travaillent sans relâche, dans des conditions très difficiles, pour essayer de sauver le plus de vies possible». Peut-on y lire. Toujours selon un autre rapport publié par MSF en juin dernier, « Dans le camp de réfugiés de Yida qui abrite 55 000 personnes, les taux de mortalité est de quatre décès pour 10 000 par jour chez les enfants de moins de cinq ans. Au mois de juin, ce sont cinq enfants en moyenne qui sont morts chaque jour de diarrhées et d’infections sévères. De plus, le taux de mortalité global dans le camp au cours de la même période représente également le double du seuil d’urgence avec 2 décès pour 10 000 personnes par jour.

La Guerre, une autre source d’inquiétude
Des tensions existent depuis au moins 1956 entre le Soudan du Sud, une population en minorité chrétienne et plutôt animiste, et le reste du pays, une population à majorité musulmane. Deux guerres se sont déjà produites entre 1955 et 1972 au cours de la Première Guerre civile soudanaise et entre 1983 et 2002 au cours de la Seconde Guerre civile soudanaise, ce qui débouche sur la mission des Nations unies au Soudan en 2005. Le Sud-Soudan a ainsi été ravagé par une guerre civile de 1983 à 2004 (on estime à 1,5 million le nombre de morts et à 4 millions le nombre de déplacés/réfugiés de guerre). Parallèlement, un autre conflit se déclare, dès 2003, dans la région du Darfour, et fait autant de victimes et de déplacés.

En 2010, le secrétaire Général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires ont lancé un appel de fonds de 1,9 milliards de dollars afin de venir en aide aux populations du Soudan dans le besoin. Une aide qui n’a pu véritablement résoudre le problème du Sud Soudan. Une fois encore en juin 2012, l’Union européenne (UE) a décidé d’augmenter de 40 millions d’euros son aide aux victimes de la crise humanitaire. L’enveloppe que l’UE a promise porte à 127 millions d’euros l’aide humanitaire qu’elle a accordée à ces deux pays cette année, selon le communiqué de la commission européenne. Sur le plan sanitaire, au total, MSF a déjà déployé plus de 160 personnels internationaux et 350 personnels nationaux, tandis que des équipes supplémentaires sont en train d’affluer pour faire face aux énormes besoins médicaux.

Une crise humanitaire se dessine au Sud Soudan
Associated Press)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé