Société › Société

Tabaski 2010: La surenchère des moutons sur les marchés du septentrion

Contrairement aux années antérieures, le prix du mouton varie cette année entre 35 et 200 000 francs CFA

A quelques heures de la fête du mouton, les marchés de vente des moutons dans le septentrion sont pris d’assaut par les fidèles musulmans. Et pour cause, la fête du mouton encore appelée fête de la Tabaski qui se célèbre 70 jours après la fête de fin du jeûne du mois de Ramadan. Une fête qui consiste à immoler un animal en mémoire de ce qu’Abraham avait fait en guise de sacrifice à Allah. Abraham qui était sur le point de sacrifier son fils pour satisfaire la volonté d’Allah s’est vu offrir un bélier à immoler par Allah lui-même. Dès lors, ce geste est devenu l’un des plus grands piliers de la religion musulmane.
Au moment où ce grand rendez-vous religieux pointe déjà à l’horizon, c’est chaque responsable de famille qui se bat pour offrir aux membres de sa famille les meilleures victuailles pour une fête réussie. Un mouton à immoler, de beaux vêtements et de la nourriture. Dans les différents marchés de vente des moutons c’est l’effervescence totale. Vendeurs et acheteurs se côtoient allègrement et aux dires de ces derniers, les prix sont plutôt très élevés cette année. Les prix sont trop chers, lance un client rencontré au grand marché de Ngaoundéré. Et un autre d’ajouter présentement, il y a les bêtes au marché mais ce sont les prix qui sont exorbitants. Je venais de demander un mouton et on m’a parlé de 200 000 francs. Ça c’est déjà le prix d’un b uf ! S’exclame-t-il. Une surenchère qui est sans doute due au fait que la demande est plus forte que l’offre, surtout lorsqu’on voit acheminer chaque jour des cargaisons de bétail vers le grand sud du pays.

Et comme si cela ne suffisait pas, des sources concordantes affirment qu’un camion de moutons en provenance de l’extrême-Nord vers l’Adamaoua aurait pris feu à Wack au niveau de la falaise. Les populations riveraines n’ont rien pu faire face à la furie des flammes provoquées par des étincelles produites par des fûts de carburant que transportait ce même camion. Sur les raisons de la surenchère des prix, Saliou Bobo, vendeur de moutons au grand marché de Ngaoundéré affirme que nous aussi nous achetons les moutons chers et ça fait deux mois ou un mois que nous nourrissons les animaux avec le tourteau. Tout ça avec le transport ça nous revient aussi cher. Tout à côté de ce marchandage entre vendeurs et acheteurs, il y a les vendeurs de foin qui se frottent plutôt les mains. La botte de foin qui coutait 300 francs Cfa il ya quelques semaines est tout simplement passée du simple au double. Dans les différents ateliers de couture de la ville, les tailleurs qui s’affairent à la confection des boubous et autres gandouras n’ont pratiquement plus le sommeil. Difficile de passer une commande en ce moment de grande sollicitation.

Selon l’Imam de la mosquée du quartier Hauts Plateaux de Ngaoundéré, El Hadj. Aboubakar, c’est juste la commémoration du geste d’Abraham à qui Allah avait demandé d’immoler son fils qui a été racheté par un mouton. D’autre part, le prophète a dit que de tous les jours qu’Allah a crée, il n’ ya pas meilleurs jours que les dix premiers jours de ce mois de fête de mouton. Et donc, il est demandé aux fidèles de faire beaucoup d’actes de mérite, de jeûner, de beaucoup prier et de terminer leurs actes par une immolation qui n’est pas une obligation en tant que tel, mais une tradition fortement recommandée par le prophète et fortement liée à une condition d’avoir de quoi s’offrir l’offrande en toute liberté. Ce qui voudrait dire que, si par exemple le moment arrive et que vous n’avez pas de l’argent, vous ne devez pas vous embêter. Il faut que vous soyez tranquille si vous n’avez pas pu avoir de l’argent pour acheter l’offrande, sachez qu’à l’impossible, nul n’est tenu. Vous ne devez donc pas aller jusqu’à emprunter pour faire le sacrifice. En attendant le jour-j, vivement que toutes ces recommandations soient prises en compte pour une fête de la Tabaski sans grands débordements.

Vente de moutons au marché de Ngaoundéré
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut