› Eco et Business

Tabaski: La fermeture des frontières avec le Nigéria fait flamber le prix du mouton

Du fait de ces restrictions, le prix des bêtes a connu un bond prohibitif; atteignant parfois une différence de 50.000 F selon les régions

La communauté musulmane du Cameroun célèbre samedi l’Aïd-el-Kebir dans un contexte marqué par la fermeture des frontières avec le Nigeria du fait de la menace Ebola et de l’insécurité créée dans la partie septentrionale par la secte islamiste Boko Haram.

Du fait de ces restrictions, le prix du mouton destiné au sacrifice à Allah a connu un bond parfois prohibitif pour certains ménages, avec des écarts d’environ 50.000 FCFA selon les régions.

Selon plusieurs vendeurs de ces bêtes, interrogés par APA à Yaoundé, la capitale du pays, on ne peut aujourd’hui pratiquer les mêmes tarifs que les années précédentes, où le Nigeria constituait l’une des plus grandes zones d’approvisionnement, et alors que les revendeurs sont obligés d’aller se ravitailler en grande partie au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Togo ou au Sénégal.

S’agissant de Boko Haram, plusieurs organisations musulmanes du pays ont, ces derniers mois, multiplié des appels à la vigilance vis-à-vis de leurs fidèles en particulier, et de la communauté nationale en général, présentant l’islam comme une religion de paix, d’amour et de concorde.

Selon les chiffres officiels, la communauté musulmane du Cameroun représente environ 20% de la population sur quelque 20 millions d’habitants.


asfiyahi.org)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé