Cameroun : une nouvelle application pour le téléchargement des bulletins de soldes

Cette nouveauté vise à atténuer les difficultés rencontrées par certains agents publics sur d’autres plateformes.

Le 23 août 2023 via un communiqué, le Ministre des Finances a porté à l’attention des agents publics au Cameroun et à l’étranger de la mise en service par le Centre National de Développement de l’Informatique (CENADI) de l’application « nGomna » qui permet entre autres d’imprimer les bulletins de soldes.

L’application a été mise en service par le Centre national de développement informatique (Cenadi). Elle permet entre autres d’imprimer les bulletins de soldes. Disponible et téléchargeable sur plusieurs centres de téléchargement (Google play store), cette application vise, selon le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, à atténuer les difficultés rencontrées par certains agents publics sur d’autres plateformes.

Si certains y arrivent, d’autres par contre annoncent des difficultés à utiliser cette application. « Ça ne fonctionne pas. Dès que on met le matricule le prochain étape n’ouvre pas« , s’est plaint Sanga Nkoh sur la page facebook du Minfi. « Juste pour savoir : Avez-vpous pris le soin de tester cette application? Si oui, comment procéder si on souhaite se REconnecter? », questionne un autre internaute.

Par ailleurs, il faut préciser que pour le moment, seuls les fonctionnaires Android peuvent profiter du service. le communiqué souligne que : « la démarche visant à disposer d’une version iOS auprès d’Apple est suffisamment avancée et en cours de finalisation« .

Une application mobile pour la campagne de Joshua Osih

L’outil« Osih 2018 » devrait booster la communication du candidat du SDF en période officielle de campagne.

Le candidat du Social democratic front (SDF) à la présidentielle 2018 a annoncé la création d’une application mobile comme l’un des outils de sa campagne, en vue de l’élection présidentielle prévue le 7 octobre prochain.

Joshua Osih a déclaré que l’application « Osih 2018 » permettra d’améliorer la communication de son parti pendant la période de campagne électorale. Ainsi, les utilisateurs auront un accès facile à l’actualité du candidat grâce à des liens d’articles récents. Ils pourront également télécharger le programme économique et politique de Joshua Osih, consulter la liste des événements à venir, découvrir ses activités de pré-campagne et de campagne et de rester en contact avec tout ce qui concerne le candidat.

Les Camerounais inscrits sur les listes électorales auront aussi la possibilité de trouver leurs bureaux de vote grâce à l’application développé par l’équipe de Joshua Osih.

D’après le candidat du SDF, cette mesure entre dans sa vision d’un Cameroun numérique s’il est élu au soir du 07 octobre prochain.

 

Une application mobile pour apprendre le « bassa » vient d’être lancée

Stéphanie-Rose Nyot, la promotrice du concept, entend étendre le projet à plusieurs autres langues africaines.

Le 24 juin dernier, l’application « Je parle le bassa 2.0 » a été lancée en France par sa promotrice, Stéphanie-Rose Nyot. L’application propose une cinquantaine de cours et exercices en anglais et en français afin de permettre aux utilisateurs d’apprendre ou de renforcer leur bassa, langue parlée au Cameroun.

Comment ça marche ?  «Lors de sa connexion, l’utilisateur peut sélectionner des exercices parmi une vingtaine de thèmes : conjugaison, grammaire, vocabulaire, calcul, vie quotidienne. Chacun de ces thèmes est accompagné d’une image et d’une traduction en bassa. A la fin de chaque exercice, il obtient une note globale lui permettant d’évaluer son niveau», explique Stéphanie-Rose Nyot.

Le projet est né sur Facebook en 2013. A l’époque, Stéphanie-Rose crée une page afin de travailler à la préservation de la langue. En effet, alors stagiaire à l’Unesco, la jeune femme réalise que ses voyages  lui font perdre les notions du bassa, qu’elle pratique pourtant bien, elle qui a grandi en France.

Crowfounding

Le succès rencontré par la page Facebook lui donne l’idée de développer le projet, pour en faire un site interactif, à travers lequel les apprenants pourraient véritablement travailler et noter leurs progrès.  A la faveur d’une levée de fonds, Stéphanie-Rose Nyot récolte la somme de 7000 euros (4,5 millions de francs Cfa) en 2016 et le site est développé et reçoit un accueil positif.

« J’ai été ravie de découvrir cette page qui me permet de découvrir et d’apprendre la langue bassa sans avoir l’air d’y toucher. J’ai toujours été fière d’être bassa d’aussi loin que je me souvienne, et mon seul regret était de ne pouvoir parler ma langue maternelle. Après quelques mois de lecture assidue sur cette page, j’arrive aujourd’hui à balbutier quelques phrases, pour le plus grand plaisir de ma famille (et amusement de ma grand-mère) avec laquelle je prends plaisir à échanger, quoique maladroitement, en bassa. Merci infiniment aux administrateurs de cette page, qui nous permet de renouer avec des éléments importants de notre culture. Djob a sayak bes ! », réagit, par exemple Grâce Bissaï, sur le site « Je parle le bassa 2.0 »

L’application lancée le 24 juin 2017 marque une étape supplémentaire dans le développement du projet « Je parle le bassa 2.0 ». Stéphanie-Rose Nyot entend développer le concept et l’adapter à plusieurs langues africaines.