Cameroun-Election CVUC : le candidat Aboubakar Abbo présente son programme

Le maire de la commune de Belel, région de l’Adamaoua a officiellement présenté sa candidature à la présidence du bureau exécutif de l’association Communes et villes unies du Cameroun, ce 26 octobre 2020 à Yaoundé.

C’est une nouvelle impulsion qui va se dégager lors du prochain mandat au sein de l’Association des Communes et villes unies du Cameroun ( les CVUC). C’est du moins ce qu’espère le maire de Belel, Aboubakar Abbo Wakili. Il a officiellement présenté sa candidature à l’élection pour briguer la présidence du nouveau bureau national des CVUC qui aura lieu le 3 novembre 2020 dans la capitale Yaoundé.

Aboubakar Abbo espère pouvoir installer pendant 5 ans, ses idées qu’il a réunies dans un programme reparti en quatre grands axes. Le candidat aux CVUC entend renforcer l’autonomisation et les capacités institutionnelles et humaines des communes, faire la promotion du développement territorial inclusif et durable, les services essentiels pour les populations et améliorer la gouvernance et la consolidation de la paix et de l’unité nationales.

« Chaque axe a un programme sectoriel. Par exemple, celui sur les services essentiels comprend entre autres 3 programmes sectoriels de grandes portées sociales à savoir : l’accès à l’eau potable de 1000 points d’eau communautaires à mettre en œuvre pendant notre mandat de 5 ans.  Un autre programme sectoriel santé communautaire pour la promotion de crédits santé dans les zones rurales. Ensuite un programme sectoriel communication sociale avec la mise en place de 50 radios communautaires en zone rurale pour mieux sensibiliser les populations sur le développement local  et enfin la promotion du vivre ensemble », a expliqué Aboubakar Abbo

Le Maire de Belel voudrait transposer au niveau national, l’expérience régionale qui lui a permis d’instaurer le concept d’une conférence régionale de maturation des projets communaux et de mobilisation des ressources. C’est d’ailleurs le succès de ce concept qui lui vaut le soutien de plusieurs de ses collègues.

« Je pense qu’il a de très bonnes idées qui sont novatrices. Avec ses idées, il ne s’agit plus de courir après l’Etat mais de faire en sorte que les conditions de vies de nos populations soient améliorées par nos propres moyens afin de les rendre heureuses. C’est ce qui donne un plus au projet de monsieur Abbo. Je pense que c’est un bon candidat et nous ferions mieux de le soutenir », a assuré Paul Lovet, maire de Yingui dans le département du Nkam

Un autre maire qui partage cet avis, c’est Bikaï, maire de Dibang, département du Nyong-et-Kéllé. « Nous avons la remontée de l’information sur ce que le candidat Abbo a pu faire en tant que régional des CVUC de l’Adamaoua. Quand nous acceptons d’être élu du peuple c’est parce que nous aspirons au mieux-être de nos populations alors c’est jamais très évident que de courir tout le temps vers l’administration centrale pour pouvoir inscrire un projet et parfois que le projet n’aboutissement pas. Il a posé des actes de développement, il a maturé des projets et les faits sont palpables. On se dit c’est la personne qu’il faut pour les différents désidératas que nous avons. Je crois que cet élément fondamental pour moi est un leitmotiv qui m’amène à le soutenir ».

Ils étaient une cinquantaine de maires de plusieurs partis politiques venus de toutes les régions du Cameroun pour apporter leur soutien à Aboubakar Abbo Wakili, candidat à la prochaine élection du CVUC, lundi 26 octobre 2020.

En rappel, le collège électoral pour cette élection est composé des 374 maires que compte le Cameroun. Aboubakar Abbo Wakili devra affronter le 3 novembre prochain, deux autres candidats déclarés : Anthony Dighambong, maire de Wum (région du Nord-ouest) et Augustin Tamba, maire de Yaoundé 7 (région du Centre).

Cameroun : le maire de Belel qui veut diriger l’association Communes et Villes Unies du Cameroun

Abbo Aboubakar Wakili défend une expérience réussie de mobilisation des ressources financières pour les communes de la région de l’Adamaoua à travers la maturation des projets bancables.

Alors que l’élection des présidents des bureaux régionaux bat son plein en ce moment,  l’élection du président national de l’association des Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) se profile à l’horizon et cristallise déjà toutes les attentions.

Au rang des ambitions déclarées pour diriger cette importante interface entre les collectivités territoriales décentralisées et le gouvernement afin de renforcer le processus de décentralisation ; se trouve Abbo Aboubakar Wakili, maire de Belel et président du bureau régional Adamaoua des CVUC.

Elu à la tête du bureau régional en 2014, l’homme faisait déjà un diagnostic de la situation des communes dans cette région : « j’ai compris que le problème du sous-développement des communes de la région de l’Adamaoua n’était pas celui du financement, mais celui de la présentation de projets bancables, projets maturés », pose-t-il.

Fort de ce constat, il fédère les maires de la région autour du thème de la maturation des projets. « Nous avons convenus d’organiser la maturation des projets de nos communes, l’initiative ayant suscité l’adhésion massive et unanime des maires, j’ai approché les techniciens, les sectoriels, notamment les délégués départementaux et les délégués régionaux », défend-t-il.

Après quoi, le gouvernement, au travers de la délégation régionale du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, va mettre sur pieds une instance de pilotage chargée de la maturation des projets des communes pouvant permettre de faciliter le travail des techniciens.

Une série de concertations va permettre de lever plus de 11 milliards Fcfa auprès des bailleurs de fonds pour divers projets communaux dans la région.

Celui qui est par ailleurs Président du Conseil d’administration de la Cameroon Railways (CAMRAIL) pense pouvoir transposer cette expérience de fédérateur et de conciliateur au niveau des CVUC national.

Les CVUC est une association de maires créée en 2003. Entre autres rôles, elle contribue au renforcement de la décentralisation, créer un espace de dialogue permanent entre les communes et les villes d’une part, l’Etat, les partenaires au développement et tous les acteurs de la décentralisation d’autre part.

Mais les CVUC c’est aussi favoriser un partenariat mutuellement bénéfique entre les communes aux niveaux local, régional, national continental et mondial.

Cette association est formée d’une Assemblée générale, d’un Bureau exécutif national constitué de 37 membres et de 10 bureaux régionaux.