Cameroun : l’Etat prête 1,8 milliard de F au Matgenie pour son redressement

L’Etat, principal actionnaire de la société, n’a de cesse de multiplier des initiatives pour favoriser sa relance, à travers une injection de financements pour soutenir son plan de redressement.

L’annonce a été faite ce jeudi 15 septembre 2022 par le ministère des Travaux publics, tutelle technique du Matgénie, au cours d’une réunion d’évaluation des premières conclusions du Comité interministériel ad-hoc destiné à l’assainissement des ressources humaines et matérielles et de l’élaboration d’un plan de redressement du Matgenie.

Le Parc National de Matériel de génie civil (Matgénie) bénéficie ainsi, d’un prêt de l’Etat d’un montant de 1,8 milliard de FCFA pour se sauver de la crise. Cette enveloppe va servir à soutenir le plan de redressement du Parc National de Matériel de génie civil, devenu insolvable à plusieurs échelles et en proie aux grèves à répétition de ses employés.

Ce prêt est accordé à un taux d’intérêt annuel de 1,5%, et est remboursable sur une période de 3 ans. Il vient s’ajouter à un appui financier préalable du gouvernement d’une valeur de 659,7 millions de FCFA, pour faciliter la relance des activités de l’entreprise.

De cette subvention, une enveloppe de 439,8 millions de FCFA va servir à financer le plan de relance des activités à travers l’exécution des chantiers de génie civil, la remise en état de certains matériels identifiés et les activités classiques de location. Les décaissements de cette première partie se feront de manière échelonnée, soit 220 millions en octobre prochain ; 150 millions en novembre ; puis 89,8 millions au mois de décembre.

Cameroun : des licenciements en vue au Matgenie

Alors que les employés du Parc national de matériel de Génie civil réclament plusieurs mois de salaires impayés, le ministre de Travaux Publics, Emmanuel Nganou Djoumessi annonce une campagne d’assainissement.

La grève des réclamations pourrait avoir un effet bommerang au Matgenie. En effet, le ministère des Travaux publics a initié cette campagne dans le but de « d’assainir les ressources humaines ».

Cette opération lancée le 13 juillet 2022 par Emmanuel Nganou Djoumessi fait suite aux réclamations formulées par les employés de cette société. Elle se déroulera du 13 au 21 juillet 2022, sous la responsabilité d’un comité interministériel ad hoc, présidé par l’inspecteur général des questions techniques.

Le personnel est ainsi invité à se faire recenser, à l’aide des éléments tels que la carte nationale d’identité ; les pièces d’état civil ; le contrat de travail ; le diplôme ayant favorisé son recrutement, le bulletin et les actes de nomination ou d’affectation entre autres pour les personnels en activité.

« Cette opération aboutira, à la maîtrise de la masse des ressources humaines et la viabilisation de l’outil de production. Ce qui devrait remettre le Matgenie sur le sentier de la rentabilité, gage d’un paiement régulier des droits dus aux personnels », indique Emmanuel Nganou. Cette déclaration laisse entrevoir des licenciements ou des mutations ou sein de l’entreprise

Selon le ministre des travaux publics, d’autres mesures ont été prises, notamment, le payement d’une subvention d’exploitation à hauteur de 659 Millions F CFA environ ; l’assainissement de l’outil de production ; l’examen de la charpente organisationnelle de l’entreprise et un plan de redressement demandé à la Direction Générale.

Au terme des concertations présidées par le Ministre des Travaux Publics les 7 et 8 juillet 2022, il convient de relever que les problèmes actuels du Matgenie concernent « l’absence de rentabilité économique et financière de cette entreprise, marquée par la récurrence des bilans annuels d’activités négatifs avec pour corollaire, l’accumulation des dettes salariales, sociales, fiscales, fournisseurs, etc. et la gestion inefficiente des outils de production ».

Matgénie : des engins du génie civil montés au Cameroun

C’est le défi qui a motivé l’entreprise à s’engager avec le constructeur chinois XCMG pour la mise en place de cette nouvelle usine de montage; ce qui devrait réduire les coûts de production de la société. 

 

C’est un grand boom. Il ne l’est pas seulement pour le Parc national de génie civil (Matgenie) mais également pour l’économie camerounaise. Désormais, des engins de génie civil pourront être montés au Cameroun.

Par cet acte, bon nombre d’entreprises spécialisées dans les domaines du génie civil ou singulièrement des travaux publics verront leurs dépenses prendre une bouffée d’air. Ils n’auront plus à forcement faire venir les équipements de l’étranger. Et économiquement, il y aura une réduction en perte de devises.

C’est le fruit d’un accord trouvé entre le Matgénie et l’industriel chinois, Xuzhou Construction Machinery Group, XCMG. Une entreprise basée à Xuzhou qui figure dans le top du classement des grandes sociétés de fabrication d’engins de chantier dans le monde.

Le Matgénie souhaite par ce partenariat donner la possibilité à ses apprenants d’acquérir une bonne connaissance et expérience dans les domaines liés à cette technologie. Mais, il sera également question selon les responsables de rééquilibrer l’exploitation de l’entreprise pour une réduction de ses coûts de productions.

Ces dernières années, le Matgénie a fait face à un accroissement de ses dettes sociales. Ajouté à cela, des constantes tensions de trésorerie. Et comme si cela ne suffisait pas, les arriérés de salaires tout comme des indemnités de retraites se sont joints aux autres cailloux dans la chaussure du Matgénie.

Les chiffres du Matgénie révèle qu’en 2020, l’entreprise a vu ses dettes s’élever auprès de ses fournisseurs de 11%, côté financières, on est à 171%% alors qu’au niveau social, c’est 11% et au niveau de la fiscalité, si on compare à 2019 elle a enregistré un assez bon rendement de -11%.

Cameroun : début de paiement des arriérés de salaire au personnel de Matgenie

Il s’agit de ceux des  mois d’Août et Septembre 2021.

Entouré de l’ensemble du personnel, du Directeur général et de son adjoint, le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi,  a échangé avec les employés. Chacune des parties a exprimé ses attentes pour une résolution progressive et définitive de la tension.
Le personnel a salué le paiement, la semaine dernière, de deux mois de salaire, ceux d’août et de septembre 2021. Emmanuel Nganou Djoumessi a rassuré le personnel sur le paiement du solde du mois d’octobre en cours et le début de paiement d’un mois d’arriérés.
Il en sera ainsi jusqu’à l’apurement totale des arriérés, a-t-il indiqué. Toutefois, le ministre invite le personnel à retourner travailler, à l’effet de produire la ressource qui permettra d’éponger les mois impayés, objet des  grèves observées.
Le membre du gouvernement a surtout insisté sur la maintenance des engins, principaux outils de travail, il a invité le personnel à constituer un groupe de dix  qui servira d’interface entre le personnel, la direction générale et la tutelle. Le personnel a souhaité que le procès-verbal de la  » tripartite » soit signé par les différents participants.
Au moment de se séparer, le Directeur Général annonçait une concertation entre son personnel et lui en début de cet après-midi du lundi 11 septembre 2021 dans la perspective du prolongement de la dynamique d’apaisement et d’un retour au travail dans un climat détendu.

Cameroun : un plan de relance pour sauver le Matgénie

Il a été présenté au cours de la réunion co-présidée hier à Yaoundé, par les ministres des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, et du Travail et de la sécurité social, Grégoire Owona.

Au Parc National de Matériel de Génie Civil (Matgenie), les problèmes sont nombreux, les défis aussi. A la seule différence que le facteur temps doit être pris en compte. Le premier consiste à remettre l’entreprise en service, après plusieurs jours d’interruption des activités et d’interdiction d’accès aux différents lieux de service.

 En effet, cette situation découle du non-paiement de treize mois d’arriérés de salaires, dus aux personnels, du poids de la dette sociale issue du payement des pensions retraite d’une part et de l’absence de dialogue constructif entre le staff dirigeant et les travailleurs d’autre part.

La question de la ressource principale du Matgénie, celle qui permet d’aller à la conquête du marché pour proposer des services divers, a été la plus abordée. Il est question pour le nouveau directeur général, de conquérir le marché des BTP, en proposant des engins et les compétences en matières de ressources humaines, dans le but de permettre à l’entreprise de produire de la ressource.

Le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a pour cela mis l’accent sur les résolutions des travaux du comite piloté par le Secrétaire général de son département ministériel et dont les conclusions allaient dans le sens d’une rationalisation de la gestion des équipements et d’une meilleure organisation des équipes.

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, a pour sa part sensibilisé les délégués du personnel à la bonne utilisation des engins qui devraient être utilisés au bénéfice de l’entreprise et non pour des intérêts personnels, au cours des missions de l’entreprise.

Pour sauver le Matgénie, il faudra mettre en place un plan de résolution des problèmes immédiats et un plan de relance de l’entreprise. La réalisation d’audits externes a été fortement recommandée, tant en ce qui concerne le parc engins, la qualité de la ressource humaine et les compétences techniques. Des éléments qui vont permettre de mieux adresser les problèmes et de trouver des solutions.

La nouvelle équipe devra en outre aller au-delà des espoirs permis par la main tendue de la tutelle, qui aura permis, à travers l’exécution de plusieurs travaux, de récolter plus d’un milliard FCFA pour subvenir à certaines charges.

Il sera donc question de penser une entreprise publique dynamique, forte de l’encadrement de la tutelle technique, de l’appui du ministère des Finances, du soutien et de l’accompagnement du ministère du Travail et de la Sécurité sociale en ce qui concerne l’efficacité du dialogue constructif entre les différentes parties et surtout, des opportunités du marché dans le secteur Bâtiments et Travaux publics.

Cameroun : Gustave Ebongue, nouveau Directeur général de Matgenie

 Un Conseil d’administration extraordinaire ce  27 septembre 2021.

 

 

C’est aux environs de 15 Heures et  25 minutes que la session extraordinaire du Conseil d’administration du Parc national de Matériels de Génie civil a débuté ce lundi 27 septembre 2021, dans la salle des conseils de l’entreprise publique.
Quelques minutes avant le début de cette session extraordinaire, il était quasiment impossible d’accéder dans les locaux qui abritent cette entreprise publique.
Les employés venus nombreux manifester leur courroux avaient pris d’assaut depuis quelques jours, les voies d’accès du siège social, empêchant toute activité. L’ambiance tendue, les pancartes, la présence des administrateurs et de la tutelle, laissaient déjà présager du sérieux de la session du jour. Une session extraordinaire dont les raisons sont liées aux remous actuels au Matgenie.
Un seul sujet à l’ordre du jour, la désignation d’un nouveau Directeur général en la personne de Gustave Ebongue, ingénieur principal de Génie civil qui était jusqu’ici directeur général adjoint, et celle d’un nouveau Directeur général-adjoint, Prosper Ateba Enguene.
Une réunion de coordination rappelant les priorités du gouvernement en ce qui concerne le Matgenie est annoncée pour le 28 septembre 2021, en présence du Président et des membres du Conseil d’administration.

Cameroun : le Matgénie se meurt, le gouvernement accusé

La série de grèves du personnel observée ces jours au Parc national de génie civil (Matgenie), serait du fait des prestations exécutées mais non payées par l’Etat.

 

 

 

Sit-in devant le siège de l’entreprise,  messages de revendication sur des pancartes,  le personnel du Parc national de génie civil a exprimé son ras-le-bol le 22 septembre 2021 à Yaoundé.  Il revendique 13 mois de salaires impayés.

Chez nos confrères d’Ecomatin, la Direction générale du Matgenie explique que le malaise de l’entreprise est causé par  le retard de paiement de ses prestations par l’Etat et d’autres institutions et l’inéligibilité du Matgénie aux subventions publiques.  Depuis son déclassement parmi les établissements publics administratifs.

Le 1er septembre dernier, le ministre des Travaux publics,  Emmanuel Nganou Djoumesssi a invité le directeur du Matgénie à dresser l’état de la dette de son département ministériel correspondant aux prestations exécutées. Le montant retenu par l’entreprise et communiqué par voie de correspondance datée du 7 septembre dernier s’élève à 906,554 millions FCFA. Un paiement toujours pas effectué.

Outre les arriérés de salaires, les employés  dressent un chapelet de revendications. A savoir :  le non reversement des cotisations sociales, le non remboursement des retenues salariales au titre de frais de cotisation pour la mutuelle, le non-paiement des droits du personnel admis à faire valoir ses droits à la retraite, le non-paiement des rappels d’avance, les rapports tendus entre le Directeur général et le président du Conseil d’administration qui créent un climat délétère dans l’entreprise. Le personnel est aux abois et ne sait plus à quel saint se vouer en cette période de rentrée scolaire.

Le Matgénie peut désormais soumissionner à des appels d’offres dans le BTP

Grâce à la révision de ses statuts, concrétisée par deux décrets présidentiels publiés les 07 et 08 avril, le Parc national de matériel du génie civil peut désormais exécuter des travaux

Gouvernance: Des dirigeants rendent compte

Des responsables d’organismes publics répondent devant le conseil de discipline budgétaire et financier de certaines irrégularités dans leur gestion

Les affaires d’atteinte à la fortune publique semblent reprendre au Cameroun, avec l’audition ce vendredi 2 mars 2012 devant le Conseil de Discipline Budgétaire et Financier du Contrôle supérieur de l’Etat de certains dirigeants de structures publiques. Sont concernés le Directeur Général de la Semry (Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua), Marc Samatana, pour la période de 2006 à 2009 et le Directeur de l’hôpital de district de santé d’Ebolowa pour la même période. Le ton a été donné en milieu de semaine, avec l’annonce de la convocation par le ministère en charge du Contrôle supérieur de l’Etat, de quatre autres responsables devant cette instance, le tout, à grand coup de sorties et d’actions médiatiques. Des convocations qui auraient été initiées avec «le très haut accord» du «Président de la République». Il s’agit du Directeur général de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP), Jean-Jacques Ndoudoumou, concernant la gestion de cette structure publique au cours de la période allant de 2007 à 2010, du Directeur général du Parc national du matériel de génie civil (Matgénie), Niwalong Otong et de son prédécesseur Jeremiah Andoseh, pour la gestion de cet établissement public, au cours de la période allant de 2007 à 2009, du délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Limbé, Motamba Andrew Moundjimba au titre de la gestion de cette collectivité territoriale décentralisée pour la période allant de 2002 à 2008 et enfin du Recteur de l’université de Yaoundé II-Soa, Jean Tabi Manga, au titre de la gestion de cet établissement public à statut spécifique, au cours de la période allant de 2006 à 2009. Selon une information rapportée par le quotidien Mutations, des responsables des Conseils d’administration de ces organismes seront eux aussi entendus dans le cadre de ces affaires.

On ignore encore les éléments de reproche fait à ces responsables. Mais, chacun y va de son commentaire. Au sein de l’opinion publique en général, il est désormais largement admis, que ces quatre personnes citées suivront le chemin parcouru par leurs prédécesseurs et qui les conduira droit à la prison centrale de Kodengui pour ceux de Yaoundé, ou de Limbe pour celui qui y résident. Au Contrôle supérieur de l’Etat on essaie pourtant de minimiser la portée de la situation parlant de procédure normale. Les hautes personnalités ainsi été mises en cause sont convoquées, conformément aux procédures fixées par les textes en vigueur, pour être entendues dans le cadre de l’instruction des affaires les concernant, par les inspecteurs d’Etat respectivement désignés rapporteurs à cet effet explique un des cadres de ce ministère. L’affaire la plus en vue est certainement celle de Monsieur Ndoudoumou. Plusieurs journaux après la création d’un ministère des marchés publics avaient annoncé la fin pour l’ARMP et surtout son dirigeant. Cette dernière hypothèse est soutenue par un des éléments du communiqué du contrôle supérieur de l’Etat. S’agissant du dossier ARMP, les instances judiciaires compétentes ont également été saisies pour attribution et diligences appropriées au sujet de certains actes de gestion soumis à examen qui sont imputables au président du Conseil d’administration et susceptibles d’être qualifiés de délits ou de crimes. Il en est de même des comportements similaires et constatés à la charge d’autres membres du Conseil d’administration de L’ARMP ainsi que de certains responsables et personnels internes peut-on lire dans le communiqué.

Le ministre Henri Eyebe Ayissi en charge du Contrôle supérieur de l’Etat
Journalducameroun.com)/n

Travaux Publics: Don de matériel à MATGENIE

Quasiment au bord de la faillite, l’entreprise à capitaux publics, a reçu un lot d’équipements composés de 120 engins

Le MATGENIE, l’entreprise parapublique camerounaise en charge des travaux de génie civil a reçu vendredi 23 décembre 2011, un lot d’équipements composé de 120 engins, dont 60 niveleuses avec ripper, 10 tractopelles, 10 pelles chargeuses, 10 bulldozers type 220 C avec ripper, 10 bulldozers type 160 A avec ripper et 20 compacteurs vibrants. Dans son discours de circonstance, le ministre des travaux publics représentant le gouvernement a évoqué la nécessité de réhabiliter cette structure afin de permettre une exploitation du matériel. Il a aussi été évoqué l’importance de réhabiliter le centre de formation des mécaniciens de Douala et le centre de formation des conducteurs d’engins de génie civil à Yaoundé. En guise de perspectives, le ministre des travaux publics a fixé un objectif chiffré de 350 engins en 2012, à 800 engins en 2015 et 1500 engins en 2020. Il a réitéré toute la symbolique de cette réception: La réception de ces engins doivent être perçue comme une réponse à la demande de plus en plus forte sur le marché, mais aussi comme une réplique du président de la république qui compte faire du Cameroun un grand chantier en 2012, a fait savoir en substance Patrice Amba Salla récemment nommé à la tête du ministère des Travaux Publics.

Pour sa part, Niwa Long Othon, directeur général du MATGENIE, s’est engagé à faire un bon usage du matériel reçu. Ce n’est qu’à ce prix là que la structure pourra jouer le rôle qui est le sien sur le chemin de l’émergence, a-t-il fait savoir.

Pour les analystes proches de l’administration, la réception de ce matériel est le signe d’une relance de cette entreprise qui est aujourd’hui au bord de la faillite. C’est depuis 2008 que le gouvernement et les partenaires chinois travaillent sur le dossier. Si les termes de l’accord n’ont pas changé cette livraison de matériel devrait s’accompagner d’une réhabilitation du matériel roulant en arrêt depuis des années, et aussi de la possibilité de mettre sur pied au Cameroun une société de montage d’engins de génie civil, avec pour objectif de conquérir le marché sous-régional. Politique ou non, les experts s’accordent à dire que la relance de cette entreprise profite des circonstances favorables. Le marché du logement est au plus fort de sa demande au Cameroun, et la perspective des grands chantiers, évidente. Le pays est loin de la situation qui a prévalu durant les ajustements structurels, et gelé une bonne partie des investissements publics, dont celui des travaux publics.

Il faudrait encore que le MATGENIE puisse être capable de redorer son blason. Il y a quelques mois encore, les employés et les ex-employés de cette structure protestaient pour le règlement de leurs droits sociaux. D’un autre côté l’entreprise devra faire face aux défis de sa relance et à l’exigence des performances qui encadrent les grands travaux, même routiers. On peut comprendre qu’il soit difficile d’avoir une totale confiance en une structure, qui pendant près d’une dizaine, a été soumises à de nombreuse difficultés.

MATGENIE a reçu un lot d’équipements, dont du matériel roulant
fulloc travaux publics)/n