Cameroun : des casses annoncées au marché Nkoabang

L’injonction a été donnée par Jean François Ondigui Owona, maire de la commune d’arrondissement de Nkolafamba, dans un communiqué récemment publié.

Une note du 2 septembre 2022 du préfet du département de la Mefou-et-Afamba au maire de la commune de Nkol-Afamba donne cette information.

 Dans ce document, l’autorité administrative dit : « faisant suite aux conclusions de la séance de travail du 31 août 2022 présidée par le gouverneur de la région du Centre, vous invite à déguerpir des sites que vous occupez dans un délai de 7 jours, qui sont la cause avérée d’engorgement du carrefour Nkoabang » peut-on lire dans le communiqué publié par Jean François Ondigui Owona, maire de la commune d’arrondissement de Nkolafamba, dans le département de la Mefou-et-Afamba.

En effet, ledit communiqué concerne : les commerçants, vendeurs, revendeuses (Bayam-Sallam), occupant les emprises publiques, outre les propriétaires des constructions et immeubles installés sur la voie publique ou sous les installations électriques. La sommation de l’édile de la municipalité de Nkolafamba s’adresse également aux occupants et exploitants des marchés « illégaux » sur la zone concernée.

La sortie Est de la ville de Yaoundé se situe sur l’important corridor Douala-Bangui et Douala-Ndjamena. C’est par le carrefour Nkoabang que transitent toutes les marchandises en direction de la frontière avec la République centrafricaine et le Tchad. Or, l’encombrement des emprises de la voie publique crée des bouchons qui freinent le trafic à toute heure. D’où les réactions des autorités pour fluidifier cet axe stratégique.

Cameroun-Mfou : 96 milliards de F pour la construction de plus de 1000 logements décents

Il s’agit du projet de construction de 1224 logements dont 224 logements sociaux, de quelques équipements collectifs de base, ainsi que de l’aménagement des voiries et de réseaux divers.

Le directeur général de la Société immobilière du Cameroun (SIC) a procédé le 24 juin à Ekoko II, dans le département de la Mefou-et-Afamba à la réception officielle des matériaux du projet SIC-Pizzarotti.

1224 logements dont 224 logements sociaux, de quelques équipements collectifs de base, ainsi que de l’aménagement des voiries et de réseaux divers. Le tout sur une superficie de 16 hectares.

La création de ce pôle industriel sur l’axe routier Yaoundé-Mfou va permettre de booster l’activité socioéconomique et industrielle par la création d’une chaîne de valeur impulsée par l’installation de PME et PMI autour de la base industrielle.

La SIC assure également que la capacité de production de la base industrielle sera exploitée sur une période de 40-50 ans avec une production annuelle d’au moins 1 000 logements. Le coût de cette phase I est estimé à 96,7 milliards FCFA.

La première étape de cette phase I du projet, d’après la communication de la SIC, porte sur « l’acquisition d’un stock important de matériels, machines et équipements dédiés à la mise en place et au fonctionnement de la base industrielle pour la production des logements ».

La seconde phase porte sur la construction de plus de 9 000 logements sociaux, notamment à Zouatoupsi et Nkolntsam à Mbankomo. Le coût global du projet est évalué à plus de 115 milliards FCFA d’après une convention de financement entre la Caisse autonome d’amortissement et la banque italienne Intesa San Paolo.

Régionales 2020 : cinq listes de chefs traditionnels en compétition dans la Mefou-et-Afamba

Un ticket de chefs traditionnel est entré en campagne lundi 23 novembre pour convaincre les 272 autres chefs traditionnels de ce département.

Cinq listes de candidats du commandement traditionnel sont en compétition dans le département de la Mefou-et-Afamba, région du Centre. Elles sont conduites par leurs majestés Assoga Nana, Francois Fegue Omgba, Michel Claude Mani Ze Evouna, Ngamanga Messi, et Ondoua Atangana.

Hier 23 novembre, c’est le ticket François Fegue Omgba (chef du groupement des Mvog Amougou I) et Jacques Akono, chef traditionnel de 3ème degré chez les Mvele qui sont allés à la rencontre de leurs pairs à Nkongoa pour dérouler leur projet de société.

Celui-ci est axé essentiellement autour de la Revalorisation de  l’autorité traditionnelle, la rationalisation de la carte scolaire, l’entretien régulier routier des routes rurales et initiation aux techniques culturales.

Pour François Fegue Omgba, qui est également président d’association de chefs,  « comme le chef de l’Etat a voulu nous sortir du gouffre, on va revêtir la chefferie de son autorité […]. ll (Jacques Akono)  va travailler du côté des Mvele, je vais travailler du côté de Bene et on fera un paquet ensemble ».

 « Un grand bravo a monsieur Fegue Omgba qui a pensé à nous tous. Je vais redonner la place noble qui revient à la femme, à la chefferie de troisième degré et à l’enfant », a défendu Jacques Akono.

Le collège électoral des chefs traditionnels dans ce département est formé de 272 voix.