Paul Biya pleure Mohamed Ali et oublie toujours Anne-Marie Nzié

Par Abdelaziz Mounde

« Monsieur le Président, j’ai appris avec émotion, le décès de Monsieur Mohammed Ali, ex-champion de Boxe, survenu à Phoenix des suites de maladie. Je salue la mémoire de cette légende du noble art qui aura su marquer son époque par son style.

En cette douloureuse circonstance, je tiens à vous adresser, ainsi qu’à la famille de Monsieur Mohammed Ali endeuillée, mes sincères condoléances.

Veuillez agréer Monsieur le Président, l’assurance renouvelée de ma très haute considération », a écrit le président Paul Biya à son homologue américain Barack Obama.

Quel que soit le respect, l’importance et la dimension de personnalités de la trempe du grand Mohamed Ali, à qui nous avons tous rendu hommage, le devoir d’un chef d’État est d’abord de balayer devant sa porte, s’occuper de la mémoire des grandes figures de son pays.

Il est trop facile de surfer sur une notoriété évidente. Et à ce sujet, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout ? Le président Kabila à qui Paul Biya a adressé des condoléances au sujet de Papa Wemba a accueilli sa dépouille au Palais du Peuple. Et nous ?

Sur le même sujet : Quelqu’un peut-il souffler au couple Biya que Anne-Marie Nzié est morte?


Droits réservés)/n

Décès de Mohamed Ali: Paul Biya adresse ses condoléances à Barack Obama

Dans une correspondance adressée mercredi au président des Etats-Unis, le chef d’Etat camerounais a salué la mémoire de l’ex-champion de boxe décédé le 03 juin des suites de maladie

A la suite du décès de l’ex-champion de boxe Mohamed Ali, survenu vendredi 03 juin 2016 à Ph nix des suites de maladie, le chef d’Etat camerounais a adressé ses condoléances au président des Etats-Unis d’Amérique.

Dans une correspondance adressée mercredi, 08 juin, à Barack Obama, Paul Biya a « salué la mémoire de cette légende du noble art, qui aura su marquer son époque par son style ».

« En cette douloureuse circonstance, je tiens à vous adresser, ainsi qu’à la famille de Monsieur Mohamed Ali endeuillée, mes sincères condoléances », a écrit Paul Biya à l’endroit de son homologue américain qui ne prendra pas part aux obsèques de Mohamed Ali vendredi à Louisville, dans le Kentucky, a indiqué mardi 7 juin un porte-parole de la Maison Blanche. L’hypothèse d’un déplacement du président américain avait été évoquée par le maire de Louisville qui se prépare à accueillir une foule immense.

C’est Bill Clinton, l’un des prédécesseurs de Barack Obama, qui prononcera l’éloge funèbre du boxeur de légende, décédé à l’âge de 74 ans. L’une des conseillères de Barack Obama, Valerie Jarrett, sera présente et lira une lettre du président et de son épouse.

Les présidents Paul Biya (à gauche) et Barack Obama (à droite) côte à côte.
Droits réservés)/n