Cameroun: les activités de Safacam non affectées par le coronavirus au premier semestre 2020

La filiale du groupe luxembourgeois Socfin, spécialisée dans la production d’huile de palme et de caoutchouc, a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 17% sur les six premiers mois de l’année, d’après son rapport d’activités

 

La Société africaine forestière et agricole du Cameroun (Safacam), filiale du groupe luxembourgeois Socfin, a réalisé un chiffre d’affaires de 17% entre janvier et juin 2020, selon les données publiques de son rapport d’activités. 

Spécialisée dans la production d’huile de palme et de caoutchouc, Safacam a vendu 95% de sa production d’huile brute au 30 juin 2020 (soit 12 428 tonnes) contre 75% à la même période en 2019 (9787 tonnes).

“Cette augmentation des ventes s’explique par le fait que nos clients ont acheté et stocké davantage d’huile brute à partir de mars 2020, en prévision d’éventuelles complications liées à la crise du coronavirus”, explique le directeur général de la société, Jean-François Pajot.

Côté caoutchouc, Safacam a tout de même enregistré une “baisse significative” de l’activité, avec 2502 tonnes vendues au 30 juin 2020 contre 3248 tonnes au 30 juin 2019.

“L’impact de cette baisse est encore peu visible dans nos comptes arrêtés au 30 juin 2020”, souligne Jean-François Pajot.

Du fait de la pandémie de Covid-19 qui persiste, la Société s’attend cependant à un second semestre 2020 “plus difficile que le premier”.

Cameroun : 2000 hectares de terre ajoutés à l’exploitation de Safacam

Les surfaces qui viennent d’être accordées à ladite société serviront à l’extension de ses plantations de palmiers à huile et de l’hévea.

Le ministère des Domaines vient de céder 2000 hectares de terre supplémentaires à la Société  africaine forestière et agricole du Cameroun (Sofacam). La structure voit ainsi son exploitation s‘agrandir à 11 500 hectares dans la zone de Dizangue (dans la Sanaga maritime, région du Littoral).

La structure entend y investir un montant de 3,5 milliards de Francs CFA dont 2 milliards seront affectés à la culture de l’hévea. 300 emplois supplémentaires sont visés avec le projet d’extension engagé.

La Safacam est une filiale de la Socfin. Une entreprise indexée dans des affaires d’accaparement des terres villageoises.