› International

Tchad : Idriss Deby Itno est mort, tué par des rebelles

Iriss Deby Itno (c) Droits réservés
L’armée tchadienne confirme le décès du maréchal Idriss Deby Itno, qui succombe des blessures infligées lors des combats avec les rebelles. Elle annonce  la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale et la mise en place d’une transition.

 

Idriss Deby Itno est mort. Le porte-Parole de l’armée de ce pays limitrophe au Cameroun, le général Azem Bermandoa Agouna,  l’a annoncé dans un communiqué lu à l’antenne de TV Tchad.

« Le président de la république, chef de l’État, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad », a-t-il déclaré.

Idriss Deby  dirigeait le Tchad depuis 30 ans, et venait d’ailleurs d’être réélu pour un 6e mandat.  Suivant les résultats proclamés hier, il a obtenu  79,32 % des suffrages exprimés.

Sauf que le processus électoral a été abondamment décrié. Opposé à six candidats sans poids politique accusés d’être de simples « faire-valoir ». Le 11 avril,  jour de l’élection présidentielle, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT) avait lancé une offensive contre le pouvoir tchadien depuis ses bases arrières en Libye. Elle a réussi à pénétrer plusieurs villes du pays jusqu’à atteindre la capitale Ndjamena et obtenir la tête du président de la République qui était lui aussi descendu au front, aux côtés de l’armée.

Après son décès, l’armée annonce  la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale et la mise en place d’une transition. Celle-ci sera dirigée pour une durée de dix-huit mois par un conseil militaire, dont Mahamat Idriss Déby, fils d’Idriss Déby Itno, a pris la tête. Ce dernier est général de l’armée tchadienne et dirige  depuis de nombreuses années la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), dont fait partie la garde présidentielle.

Interviewé par RFI, Mahamat Idriss Déby tente calmer la population, indiquant que l’armée a pris le contrôle de la situation. Plusieurs médias locaux laissent entendre que la population est partagée entre joie et crainte. Depuis quelques jours déjà, plusieurs tchadiens avaient décidé de fuir le pays en allant,  par exemple, se réfugier au Cameroun, dans la localité frontalière de Kousseri. C’est dire si le Cameroun subit l’impact de cette crise politique.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé