Santé › Actualité

Technologie médicale: Une conférence annoncée à Yaoundé

Le thème général de la rencontre sera concentré sur une mise en échelle des solutions pour la transformation des prestations de soins de santé en Afrique

L’association HELINA (Health informatics in Africa), a annoncé la tenue de la septième conférence Africaine d’Informatique Médicale qui se tiendra du 28 au 30 Novembre 2011 à Yaoundé la capitale Camerounaise. La conférence est organisée en collaboration avec la Société Camerounaise d’Informatique Médicale (SOCIM). La SOCIM est une organisation nationale qui vise la promotion des activités d’informatique médicale au Cameroun. Le thème général de la rencontre est : « Les Systèmes d’Information en Santé: mise à l’échelle des solutions pour la transformation des prestations de soins de santé en Afrique ». Les experts venus de plusieurs pays du monde débattront des sujet sur l »informatique médicale et le secteur privé (collaborations, économie, études de cas), l’application et la recherche en informatique médicale, les sciences de l’informatique médicale et l’enseignement des sciences (recherche fondamentale, conception, enseignement) et enfin l’informatique médicale dans le secteur public (politique, couverture universelle de la santé, finances, assurances). Selon ses organisateurs, l’objectif de cette 7ème conférence est de promouvoir le développement d’une stratégie africaine de cyber santé ainsi que l’élaboration de politiques de cyber santé dans les pays africains, favoriser la création d’un réseau entre les pays africains ainsi que des initiatives de cyber santé en Afrique, promouvoir les bonnes pratiques en informatique médicale et leurs applications en Afrique et surtout favoriser le développement de l’enseignement et la recherche en informatique médicale en Afrique.

La question de l’informatique est aujourd’hui au c ur des systèmes de santé au Cameroun, tout comme dans toute l’Afrique. Pour être performants, les services de santé doivent disposer de médicaments et aussi de technologies efficaces, de qualité et sûrs et les utiliser de façon rationnelle. Pourtant, les systèmes de santé doivent y parvenir sans sacrifier d’autres ressources nécessaires. « Les progrès de la technologie -les nouveaux médicaments ou les nouveaux outils de diagnostic, par exemple- peuvent améliorer la santé et la performance globale du système de soins. Mais les innovations présentent aussi des inconvénients car leur adoption modifie l’équilibre des ressources et accroît le coût des soins », peut-on lire dans un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ces dernières décennies, les progrès révolutionnaires de la médecine et de la technologie ont modifié le rôle des hôpitaux et des centres de soins de santé primaires et communautaires. Les systèmes de santé qui ont la capacité de s’adapter examinent cette évolution en fonction de leurs priorités et décident des changements éventuels à apporter. Il apparait nécessaire selon des experts, que les pays en développement dont fait partie le Cameroun, se mettent à la technologie médicale. Certains experts eux vont plus loin et pensent qu’il faudrait créer une autorité internationale chargée de défendre les intérêts des consommateurs dans les pays à revenu faible, en particulier ceux où les maladies infectieuses et parasitaires sévissent le plus.

Le thème général de la rencontre sera concentré sur une mise en échelle des solutions pour la transformation des prestations de soins de santé en Afrique
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé