› Eco et Business

Télécommunications: A qui profitent les investissements annoncés?

Le gouvernement a affirmé que les conditions d’intervention d’un 3e opérateur de téléphonie mobile allaient se mettre en place bientôt

Un nouvel opérateur de téléphonie mobile annoncé
Le ministre Biyiti Bi Essam en charge des postes et télécommunications a annoncé que le gouvernement entend mettre l’accent sur le développement de l’infrastructure et une plus grande ouverture du marché dans le secteur des télécommunications. Accompagné de Clobert Tchatat, ministre du Développement urbain et de l’Habitat, il a déclaré dans son discours, que l’ouverture du marché dont il parle permettra dans les prochains mois, l’arrivée d’un ou de deux opérateurs supplémentaires sur le segment de la téléphonie mobile. Une nouvelle qui selon le quotidien officiel bilingue cameroon-tribune, a fait l’objet d’un standing ovation ce mardi 1er juin 2010 au quartier Nkomkana à Yaoundé, où Jean-Pierre Biyiti bi Essam est allé présider la 145e Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information. Durant la même cérémonie, Jean-Pierre Biyiti bi Essam a annoncé qu’en 2011 le Cameroun disposera d’un linéaire de plus de 5.000 km de fibre optique installée. Il est question de renforcer la connexion haut débit de toutes les villes camerounaises qui, à cette échéance seront connectées au réseau Internet a déclaré le ministre. Il y a lieu également de signaler la construction à Kribi d’un point d’atterrissement du parc sous-marin à fibre optique dont je signerai une convention samedi prochain (5 juin 2010) à Paris au nom du gouvernement camerounais, a-t-il ajouté.

Camtel et orange Cameroun dans le même train
Le parc sous-marin dont le ministre Biyiti a fait mention, parlant de l’atterrissement d’un parc sous-marin à fibre optique au niveau de Kribi, est en réalité le projet de câble sous-marin ACE pour Africa Coast to Europe. Ce projet est initié par France télécom, le leader français des services de télécommunication. Il devait initialement relier la France au Gabon. Ses promoteurs ont décidé qu’il sera prolongé pour atterrir en Afrique du Sud avec l’ambition de connecter la totalité des pays de la côte ouest-africaine depuis le Maroc jusqu’à l’Afrique du Sud. Un nouveau câble qui selon France Telecom offrira à plus de vingt-cinq pays d’Afrique et d’Europe de l’ouest l’interconnexion au réseau mondial par des artères à haut débit. Une chose étrange tout de même, le Cameroun officiellement n’a rejoint le projet que très récemment en 2009 par l’association de la Cameroon Telecommunications (CAMTEL) à l’initiative. Un projet auquel Orange Cameroun un des leaders de la téléphonie mobile au Cameroun et concurrent direct de MTN Cameroun l’autre poids lourd du secteur, était déjà partenaire depuis la signature du Protocole d’Accord du projet ACE, approuvé à Dakar le 27 novembre 2008.


Journalducameroun.com)/n

MTN-Cameroun mis en minorité ?
Pour certains experts, il serait probable qu’il n’y ait pas besoin de faire intervenir un troisième opérateur pour la téléphonie mobile. Malgré des performances en deçà des résultats attendus, l’entreprise CAMTEL qui jouit du monopole de la gestion des services de télécom au Cameroun n’a jusqu’ici pas toujours été privatisée. La campagne « city phone » qui n’a véritablement pas fait grimper les ventes. En mai 2006 déjà, la mise en service de Cameroon mobile telecommunications, sa filiale mobile, avait été annoncée avec un capital social de 600 millions de FCFA. Les appels d’offre y relatifs avaient à chaque fois été déclarés infructueux, faute de soumissionnaires adhérant aux conditions fixées. Il semblerait que des Coréens soient en pôle position pour récupérer désormais cette branche mobile, permettant à l’entreprise d’Etat de gagner sur les deux tableaux, une hypothèse qu’aucune source officielle n’a encore admise. Restera à savoir quel rôle jouera Orange le Co-partenaire sur le projet ACE dans ce développement de la fibre optique au Cameroun. Selon certaines analyses, on risque une fois de plus à arriver à une véritable bataille stratégique, dans laquelle l’opérateur sud-africain se sent parfaitement à l’aise. La question est: compte tenu de la contrainte de souveraineté qui entoure l’extension de la fibre optique, est ce que MTN pourra suivre dans la nouvelle configuration ? Avec des milliers d’employeurs et des milliards dépensés dans les charges fiscales et patronales ainsi que dans les domaines sociaux, il est difficile pour l’Etat de placer MTN en position défavorable.


adgoog.com)/n
À LA UNE
Retour en haut